A la UneAgricultureEconomieOpportunités d'investissement

1.3 milliard de F.Cfa pour le développement des filières anacarde et karité.

La réalisation de cette ambition passe par la mobilisation des Organisations de la société civile (Osc) autour d’elle.

Harry Van Dijk, ambassadeur de la Hollande au Bénin.

(Bénin Révélé Mag) – Parce que les filières du karité et de l’anacarde participent de la protection de l’environnement et de la lutte contre l’extrême pauvreté, le Royaume des Pays-Bas, par le biais de l’Organisation interreligieuse pour la coopération au développement (Icco), a financé à hauteur de 1 milliard 300 millions de F.Cfa, leur développement, via le programme « Alliance pour l’engagement citoyen au Bénin » (Aec).

Ce programme qui s’étale sur une période de cinq ans (2016-2020) et qui aspire à l’amélioration de l’environnement politique des organisations de la société civile et le système de gouvernance des chaînes de valeur qui, favorisent l’inclusion de groupes marginalisés, protègent et promeuvent le droit des travailleurs a été lancé ce 26 octobre 2017 à Cotonou. Le programme ambitionne aussi de contribuer au développement durable et à l’accroissement des revenus et des moyens de subsistance des acteurs de ces deux filières.

La réalisation de cette ambition passe par la mobilisation des Organisations de la société civile (Osc) autour d’elle. Pour Harry Van Dijk, ambassadeur de la Hollande au Bénin, « le programme Alliance pour l’engagement citoyen se positionne comme un levier de renforcement de l’espace de dialogue politique en faveur de l’anacarde et du karité ». Selon les chiffres énoncés par ce dernier et consignés par nos confrères du quotidien national, on dénombre plus de 500 000 femmes qui mènent une vie essentiellement autour de la transformation du karité et pas moins de 200 000 ruraux dans la production de l’anacarde.

Faisant observer quant à elle, que « la convergence des interventions des uns et des autres a contribué à doubler les exportations de l’anacarde qui sont passées de 51.348 tonnes en 2011 à 131 241 tonnes en 2015, soit un accroissement de 156% », et qu’ « il en est de même du karité qui, en quelques années, s’est imposé comme le troisième produit d’exportation du pays », Leena Lindqvist, directrice régionale d’Icco, signifie ainsi, que l’organisation qu’elle dirige a, à travers ses interventions, eu une réelle influence sur la production et la transformation du karité et du cajou.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer