A la UneGestion publiqueGestion publique 1Politiques publiques

608 personnes jugées et 141 tonnes de drogues saisies, de 2013 à 2017

Dans une déclaration à la presse, signée le 27 septembre 2018 à Porto-Novo, le procureur spécial Gilbert Ulrich Togbonon rappelle que le Bénin s’est engagé comme de nombreux pays de la sous-région ouest africaine dans une lutte acharnée contre l’usage et le trafic illicite des stupéfiants et substances psychotropes.

Gilbert Ulrich Togbonon, procureur de la République près le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou | Photo : Bénin24 Télévision

(Bénin Révélé Mag) –  Un mois seulement après leur installation, le 27 août 2018 à Cotonou, les magistrats nommés à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) sont déjà au travail et engrangent des résultats.

Dans une déclaration à la presse, signée le 27 septembre 2018 à Porto-Novo, le procureur spécial Gilbert Ulrich Togbonon rappelle que le Bénin s’est engagé comme de nombreux pays de la sous-région ouest africaine dans une lutte acharnée contre l’usage et le trafic illicite des stupéfiants et substances psychotropes.

De ce fait, le pays a ratifié de nombreux accords internationaux et s’est doté de la loi n°97-025 du 18 juillet 1997 sur le contrôle des drogues et des précurseurs. Ainsi, la loi portant organisation judiciaire en République du Bénin a créé la CRIET, une juridiction spéciale à compétence nationale.

Cette Cour a pour missions, la répression du terrorisme, des délits et crimes à caractère économique, ainsi que le trafic de stupéfiants et des infractions connexes ; et siège à Cotonou. Son président peut toutefois, sur réquisition conforme du procureur spécial, par ordonnance, faire tenir ses audiences partout sur le territoire national.

Il est à préciser cependant, que la CRIET ne juge pas les faits commis par les membres du gouvernement, donc que cette Cour ne remplace pas la Haute Cour de Justice.

Selon la déclaration, en cinq ans, de 2013 à 2017, 453 saisies, constituées des drogues de diverses classifications ont été effectuées. Sur cette même période, 608 personnes ont été jugées et 141 tonnes de drogues, saisies. Cela est le signe que le trafic était bien réel et raison suffisante pour ne plus faire de cadeau aux acteurs de ce circuit illicite.

Gilbert Ulrich Togbonon indique également dans sa déclaration, que dans la même logique de répression des crimes liés au trafic de drogues, la Cour, aux audiences correctionnelles des 06 et 20 septembre 2018, a condamné des personnes poursuivies, dans divers dossiers de trafic international de drogue, à 20 ans d’emprisonnement ferme, à six (06) mois, deux (02) mois pour la détention et usage de chanvre indien.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close