A la UneAgricultureEconomie

À 260 Fcfa le kilogramme de coton-graine, la campagne 2017-2018 de commercialisation de l’or blanc bat de nouveaux records

La cérémonie de lancement qui intervient beaucoup plus tôt cette année va épargner la filière de difficultés habituelles.

Mathieu Adjovi, président de l’Association interprofessionnelle de coton (Aic) | Photo : Quotidien Le Matinal

(Bénin Révélé Mag) La nouvelle campagne de commercialisation du coton au titre de l’année 2017-2018, lancée par l’Association interprofessionnelle de coton (Aic) à Sèkèrè Maro, dans la Commune de Sinendé, le 20 octobre 2017, après Ségbana en 2016, bat les performances jamais enregistrées jusque-là, de par le prix d’achat du kilogramme de coton, la quantité et la promptitude du lancement.

La cérémonie de lancement qui intervient beaucoup plus tôt cette année va épargner la filière de difficultés habituelles que sont : les mouilles aux champs et dans les usines, les incendies fréquents de stocks, le non-bouclage du paiement des fonds coton aux producteurs, la non-réglementation des factures des transporteurs et le non-paiement des frais de prestation sur commercialisation de coton-graine aux organisations des producteurs.

Cette diligence est une innovation dans les façons de faire au Bénin. Le premier choix du coton graine sera ainsi acheté aux producteurs au prix de 260 francs Cfa et le deuxième choix à 210 francs Cfa, au titre de la campagne de commercialisation 2017-2018. La bonne nouvelle a été annoncée aux acteurs de la filière par le président de l’Association interprofessionnelle de coton (Aic) et le ministre du Commerce le 20 octobre dernier au cours de cette cérémonie qui a consacré le lancement de cette campagne.

Dans son discours, le président de l’interprofession, Mathieu Adjovi a attribué sa satisfaction aux différents acteurs, en l’occurrence les producteurs, pour leur rendement qui va permettre au Bénin d’engranger des devises au terme de la campagne. En effet, de 451 209 tonnes lors de la saison 2016-2017, la production de la campagne en cours dépassera 550 000 tonnes si les prévisions se confirmaient.

Ce nouveau record est déterminé par plusieurs facteurs, au premier rang desquels, la prise de conscience des acteurs, des efforts financiers fournis par les égreneurs et des éléments spécifiques de la campagne. Pour ce qui est des décisions spécifiques qui ont constitué un enthousiasme pour les producteurs à semer plus, Mathieu Adjovi a cité le paiement de tous les acteurs de la filière au 31 mai 2017, date de la fin de la campagne 2016-2017 et du début des semis pour la campagne 2017-2018.

Il a aussi parlé du consistant soutien de trois milliards de F.Cfa pour 100 000 hectares d’emblavure apporté aux producteurs par le Conseil national des égreneurs du coton (Cnec) pour accompagner le programme d’intensification élaboré par l’Aic. L’autre source qui a motivé le couronnement de la bravoure des producteurs est l’organisation de la Fête nationale des cotonculteurs, le 22 juillet 2017 à Parakou, dans le septentrion.

Précisons que, le programme concerné ici, porte sur trois éléments novateurs à savoir l’augmentation de l’apport en fumier, l’affermissement du traitement phytosanitaire et l’appui conseil aux producteurs. En guise de reconnaissance, Mathieu Adjovi  dit vouloir « ici témoigner [s]a gratitude à la Sodéco, à l’Ica et la Lcb pour cet effort financier louable à l’endroit de notre filière et pour la mise à jour de leurs usines pour faire un volume plus important de coton jamais traité au Bénin ».

Il a aussi mentionné les banques qui ont accompagné l’Aic aussi bien pour les intrants que pour l’égrenage ; ce qui a permis à l’État de ne pas intervenir, pour les traditionnelles subventions à la filière.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer