A la UneGestion publique 1

A l’occasion de la 7ème Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique, le Bénin s’ouvre aux investisseurs japonais

[Bénin Revelé Mag] – Le Bénin attire des investisseurs japonais. Le symposium organisé au Japon pour présenter les opportunités et atouts du pays a été pour le Bénin, une réelle réussite au vu des retombées qui en découlent. Ainsi, plusieurs entreprises japonaises ont manifesté leur intérêt pour investir au Bénin dans les années à venir. Cela est une grande aubaine pour ces entreprises, à la conquête du continent africain depuis des années, que d’avoir trouvé à travers le Bénin, une porte d’entrée sur l’Afrique de l’ouest.

Le Bénin a saisi l’occasion de sa participation à la 7ème Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique (Ticad) pour s’ouvrir aux investisseurs du pays du soleil levant. En effet, il convient de révéler que la délégation béninoise à cette rencontre était composée de plusieurs opérateurs économiques et de cadres à divers niveaux.

Ces opérateurs économiques y étaient pour échanger avec leurs pairs et créer des partenariats rentables pour les deux parties. Ainsi, plusieurs accords sont en cours de finalisation. Il faut aussi dire que cette septième Ticad a surtout permis au Japon et au Bénin de renforcer davantage leurs relations d’amitié, comme l’a fait remarquer Aurélien Agbénonci, Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération.

C’est dans ce cadre que le ministre de l’Economie et des Finances a signé un mémorandum d’entente avec une entreprise japonaise qui, dans peu de temps, devrait aider le pays à transformer localement, une partie de sa production cotonnière. Une infime partie seulement des retombées attendues de cette rencontre.

Le ministre Aurélien Agbénonci a fait savoir, dans son point de presse portant sur le séjour de la délégation béninoise au Japon, que l’accord signé par son collègue en charge des Finances vise à valoriser autrement la production cotonnière béninoise. Selon lui, cela s’impose du fait que le Bénin est devenu premier producteur de coton en quantité et en qualité dans la sous-région, et est dans la logique de transformer une partie de sa production.

Par Laurent Adjovi

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close