A la UneEconomieGestion publiqueGestion publique 1Société

Les acteurs de lutte contre la corruption se concertent pour affaiblir ce phénomène

Ils étaient une cinquantaine à prendre part à cette journée consacrée à la réflexion sur le phénomène de corruption au Bénin.

Jean-Baptiste Elias, le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption | Photo : lespharaons.com

(Bénin Révélé Mag) – « Déclaration et contrôle de patrimoine au Bénin : Etat des lieux et perspectives », c’est le thème autour duquel se sont réunis le 08 janvier 2018, les membres du cadre de concertation et d’échanges d’informations pour l’efficacité de la lutte contre la corruption, à Bohicon.

Issus des structures comme l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC), l’Inspection générale des finances, l’Inspection générale des affaires administratives, la Cellule nationale de traitement des informations financières, l’Inspection générale des services et emplois publics, la Chambre des comptes de la Cour suprême, le Secrétariat général de la présidence de la République, le ministère de la Justice, le Social Watch, la Nouvelle éthique, le Réseau des parlementaires africains contre la corruption, etc., ils étaient une cinquantaine à prendre part à cette journée consacrée à la réflexion sur le phénomène de corruption au Bénin.

Les participants se sont inclinés sur ce qui se fait à la cour des comptes de la cour suprême, concernant la déclaration et le contrôle du patrimoine, afin de pouvoir des réfléchir de façon à mieux mener ce combat contre la corruption. Ils ont d’ailleurs suivi une communication sur la déclaration et le contrôle de patrimoines qui se font à la chambre des comptes de la Cour suprême depuis 2013.

Malgré le fait que les organisations de la société civile œuvrent à amenuiser ce phénomène, il continue de sévir avec les conséquences que l’on sait, et dans l’essentiel des domaines et secteurs de la société.

Il faut faire observer que la corruption est un cancer pour l’État de droit, le respect des droits humains, la responsabilisation et la transparence. Elle affaiblit les institutions publiques. La lutte contre ce fléau a toujours été au Bénin, un véritable défi pour les gouvernants, qui réussissent toutefois, à mettre sur pied, des réformes qui provoquent des changements qualitatifs dans la gestion des affaires publiques.

Ouvrant les travaux, Jean-Baptiste Elias, le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption, a fait remarquer que la corruption est le principal défi qui se pose à la gouvernance et au développement du Bénin. Cette corruption est dévastatrice et corrosive pour le progrès, la stabilité et le développement.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer