Articles recommandésBTP et InfrastructuresChantiers prioritairesTIC et Télécoms

Après Vision City au Rwanda, Hope City au Ghana et Waterfall City en Afrique du Sud, le Bénin veut lancer sa ville intelligente

Il sera aussi construit à Sèmè City, un centre de recherches et des établissements universitaires. En ce qui concerne ce point précisément, le gouvernement prévoit de créer les coopérations et partenariats avec des grandes universités internationales.

(Bénin Révélé Mag) – Le gouvernement a annoncé son plan consistant à créer une nouvelle ville intelligente baptisée « Sèmè City ». Le but de ce projet est d’exploiter et d’entretenir les innovations africaines comme dénouements pour faire face aux défis économiques du continent. Le Bénin serait le quatrième pays d’Afrique subsaharienne à se lancer dans un projet de ce genre, après le Rwanda, le Ghana et l’Afrique du Sud ; même si on sait que le Nigeria évoque aussi la volonté de se l’offrir.

Sèmè City qui est pensé pour servir de centre technologique pour tout le pays est actuellement en cours de construction et contiendra à terme, un incubateur d’entreprises. Il est prévu la sélection de 250 start-up, qui vont bénéficier d’un soutien financier d’ici 2030. Il est également proposé par le gouvernement, un allégement fiscal, une zone avec des avantages spécifiques aux futurs habitants de Sèmè City pour inciter l’entrepreneuriat et l’investissement.

Il sera aussi construit à Sèmè City, un centre de recherches et des établissements universitaires. En ce qui concerne ce point précisément, le gouvernement prévoit de créer les coopérations et partenariats avec des grandes universités internationales. Si tout se déroule comme il est envisagé, Sèmè City devrait former 200 000 étudiants et créer de milliers d’emplois d’ici 2030. Les start-uppeurs et autres organisations ont jusqu’au 15 novembre 2017, pour postuler par e-mail afin de faire partie de l’aventure.

Il convient de retenir qu’une ville intelligente (appellation qui vient de smart city en anglais) est créée, pour accorder les piliers sociaux, culturels et environnementaux par le biais d’une méthode systémique, associant gestion participative et gouvernance éclairée des ressources naturelles pour faire face aux besoins des citoyens, des entreprises et des institutions.

Le problème, c’est qu’une ville intelligente ne peut véritablement être mise en œuvre, que dans de pays économiquement stables. Les termes pour désigner la ville intelligente sont nombreux : smart city, ville numérique, green city, connected city, éco-cité ou encore ville durable.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer