A la UneGestion publiquePolitiques publiquesSociété

Aurélie Adam Soulé Zoumarou s’engage à renforcer et protéger le métier de journaliste

(Bénin Révélé Mag) – Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre de l’Economie numérique et de la communication (Menc), a réuni autour d’elle, les responsables d’associations des médias et les entrepreneurs de presse à la Maison des médias à Cotonou, pour une séance de travail. Cette rencontre qui visait le renforcement et la protection du métier de journaliste, s’est tenue le 28 novembre 2017.

Pour Aurélie Adam Soulé Zoumarou, l’Economie numérique et la Communication sont en pole position dans le programme du gouvernement. Son déploiement va favoriser le renforcement et la protection du métier de journaliste. Le ministre a encouragé les professionnels des médias et les a appelé à continuer d’exercer leur métier avec abnégation et détermination. En des mots rassurant, elle dira : « mon équipe et moi ne manquerons pas d’apporter des solutions aux différents problèmes ».

Cette séance de prise de contact avec les patrons de presse et les associations des médias a aussi été une bonne occasion pour Franck Kpochémè, président de l’Union des professionnels des médias du Bénin, de présenter et d’exprimer ces problèmes et les difficultés qui minent le secteur de la presse au Bénin.

Entre autres difficultés relevées, il a énoncé le piratage et le brouillage de la fréquence de la radio Soleil FM, qui n’a pas pu être réglé par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac). Il pense que la signature de textes d’application du code de l’information et de la communication pourrait être un début de solution à cette situation.

Pour le président de l’Upmb, il y a nécessité de diffuser ce code au niveau des responsables de l’administration publique, au niveau du ministère chargé des Finances et de la Haac. Poursuivant dans la même lancée, Franck Kpochémè a rappelé le nécessité que le tout nouveau code numérique soit popularisé ainsi que la prise des outils réglementaires pour son applicabilité.

Il a aussi indiqué qu’en 2009, le Conseil des ministres avait validé l’augmentation graduelle de l’aide à la presse privée à hauteur d’un milliard de F.Cfa sur trois ans, donc en 2012. C’est-à-dire que la subvention de la presse privée aurait dû passer à un milliard depuis 2013. Mai, rien n’a été fait dans ce sens-là.

À l’issue de la présentation de ces problèmes et difficultés, Aurélie Adam Soulé Zoumarou a reconnu que « les attentes sont nombreuses et fondées ».

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer