A la UneGestion publiqueGestion publique 1Politiques publiques

Bintou Chabi Adam Taro plaide pour la cause des enfants dans les couvents

C’était le 29 mai 2018 à Cotonou, à l’occasion de l’atelier de validation de l’étude de référence sur la situation des enfants dans les couvents des départements du Mono, Couffo, Zou et Collines. Une étude qui a bénéficié du soutien technique et financier de l’ONG Plan International Bénin.

Bintou Chabi Taro, ministre des Affaires sociales et de la microfinance | Photo : BENIN WEB TV

(Bénin Révélé Mag) – « En ces moments où le gouvernement, à travers le Pag, accorde une attention particulière à la promotion de nos cultures, il nous incombe aujourd’hui une lourde responsabilité, celle de concilier modernité et tradition, en veillant au respect des principes fondamentaux des droits de l’enfant », déclare Bintou Chabi Adam Taro, ministre des Affaires sociales et de la Microfinance.

C’était le 29 mai 2018 à Cotonou, à l’occasion de l’atelier de validation de l’étude de référence sur la situation des enfants dans les couvents des départements du Mono, Couffo, Zou et Collines. Une étude qui a bénéficié du soutien technique et financier de l’ONG Plan International Bénin.

Ainsi, la présente validation a été précédée d’un processus d’étude et de réflexions relatives aux activités de recherches et de collecte de données de base sous l’égide de l’Observatoire de la famille, de la femme et de l’enfant (Offe) et de Plan International Bénin. « Tout au long du processus, nous avons veillé scrupuleusement au caractère scientifique et à la qualité de la démarche adoptée afin de garantir des résultats qui soient de véritables outils d’aide à la prise de décision », explique Nassirou Kassoumou, directeur de l’Offe.

Concilier la tradition et la modernité au service du bien-être des enfants. C’est le sens de l’atelier mentionné ci-dessus. Il ambitionne ainsi, de mettre la lumière sur les droits des enfants dans les centres d’initiation aux valeurs endogènes. En effet, exhorte Bintou Chabi Adam Taro, « nous devons travailler à mettre nos traditions au service de la protection des droits et de la promotion du bien-être de l’enfant ».

Selon le ministre Bintou Chabi Adam Taro, les rites initiatiques dans les couvents doivent rimer avec la scolarisation des enfants. Elle se questionne en ces termes : « dans un monde en parfaite mutation, comment pouvons-nous faire de nos enfants, les ambassadeurs de nos cultures s’ils ne sont pas scolarisés ? ». L’avenir des enfants affirme-t-elle, dépend des investissements pour leur éducation, leur santé et leur production.

« Nos couvents sont des espaces d’apprentissage et de transfert de connaissances endogènes et traditionnelles qui ne conserveront leur caractère sacré que s’ils garantissent le bien-être et l’épanouissement des enfants qui y séjournent », dit-elle, avant de faire son plaidoyer : « c’est pourquoi, je vous prie de vous joindre au gouvernement pour faire de nos couvents des espaces exempts de toutes violences et abus à l’égard de nos enfants ».

Pour Nassirou Kassoumou, cet atelier s’inscrit dans la logique de partager avec l’ensemble des acteurs de la chaîne de protection. L’initiative consiste ici, à analyser la situation des enfants initiés et en cours d’initiation dans les couvents des quatre départements ciblés.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close