A la UneGestion publiquePolitiques publiques

Deux députés initient une proposition de loi portant sur la transhumance pastorale

Cette proposition de loi en question, traitant de la transhumance pastorale contient neuf titres, qui regroupent 103 articles. Selon les motifs exposés de cette proposition de loi, faits par les deux députés à son origine, il apparait essentiel et même indispensable de lutter de manière efficace et globalement, contre ces défis abondants auxquels sont confrontées les communautés agro-pastorales.

Eric Houndété / Photo : aCotonou

(Bénin Révélé Mag) – Les conflits assez fréquents entre éleveurs et cultivateurs ont déterminé deux députés de la République à initier une loi, en vue de régir cette cohabitation, qui apparait comme inéluctable. Il s’agit des honorables députés Robert Gbian et Eric Houndété. Ils ont présenté à leurs homologues, une proposition de loi qui vise à régir le phénomène de la transhumance pastorale, à l’origine chaque année, de graves affrontements souvent fratricides entre éleveurs et agriculteurs, le 21 novembre 2017.

Cette proposition de loi en question, traitant de la transhumance pastorale contient neuf titres, qui regroupent 103 articles. Selon les motifs exposés de cette proposition de loi, faits par les deux députés à son origine, il apparait essentiel et même indispensable de lutter de manière efficace et globalement, contre ces défis abondants auxquels sont confrontées les communautés agro-pastorales.

La proposition de loi détermine les règles et les principes fondamentaux applicables en matière de pastoralisme aux fins d’en faire un outil de développement durable au Bénin. Elle présente en définissant les orientations, les principes et les modalités pour combiner tous les éléments qui sont indispensables à une meilleure compréhension des questions pastorales.

Il faut relever toujours selon l’exposé des motifs, que cette proposition de loi, en réglant les conflits récurrents entre éleveurs et agriculteurs, pourra être un catalyseur du développement des communautés pastorales. Car, il met en place un cadre institutionnel qui favorise la mobilisation des ressources politiques, économiques, financières et techniques qui sont indispensables à l’autonomisation des communautés pastorales.

Un tel dispositif vient alors renforcer le cadre légal déjà existant, qui n’offre pas ou plus, de possibilité de régler les problèmes pastoraux. Il s’agit de la loi n° 87/013 du 21 septembre 1987 portant réglementation de la vaine pâture, de la garde des animaux et de la transhumance.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close