A la UnePolitiques publiques

D’un ton ferme, le gouvernement béninois condamne les incursions dans ses régions frontalières au Nigeria

[Bénin Révélé Mag]Aurélien Agbénonci, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, a convoqué expressément l’ambassadeur de la République fédérale du Nigeria près le Bénin, pour lui exprimer son indignation suite aux incidents survenus dans les régions frontalières au Nigeria, ces derniers jours, notamment à Pobè et Igolo.

La convocation de l’ambassadeur de la République fédérale du Nigeria tient de la responsabilité du gouvernement d’informer les autorités au plus haut niveau de son pays. « Ces incidents ne sont pas acceptables, et le président de la République, dans le souci constant de protéger nos populations, a été informé ».

La réaction du gouvernement béninois a ainsi été exprimée avec fermeté, le 16 novembre 2019, par la voie d’Aurélien Agbénonci en ces termes : « Des personnes sont entrées sur notre territoire, ont violé l’espace béninois et sont allées attaquer des entrepôts, violé la propriété privée et surtout la souveraineté nationale. Ce n’est pas acceptable. Il y a des règles internationales qui ne l’acceptent pas et nous avons tenu à le dire de la manière la plus ferme. Nous sommes des frères, mais il y a des limites qu’il ne faut pas dépasser ».

Ce ton a été donné au sortir de la séance de concertation qu’Aurélien Agbénonci a eue avec Kayode Oguntuase, ambassadeur de la République fédérale du Nigeria, en présence de Romuald Wadagni, ministre de l’Économie et des Finances. Le patron de la diplomatie béninoise ne conçoit pas qu’au moment où des solutions sont recherchées entre les deux États pour une sortie de crise à propos de la fermeture des frontières, des individus dans la chaîne de responsabilité à la base amenuisent tout élan de règlement.

Il indique que « Nous sommes dans une dynamique de dialogue avec le Nigeria. Nous sortons d’une réunion tripartite qui a eu lieu à Abuja le 14 novembre dernier où nous avons trouvé une voie de sortie pour régler les problèmes liés à la fermeture de la frontière et à la lutte contre la fraude de la manière la plus conforme aux traités de la Cedeao et aux traités internationaux ».

« Ma responsabilité en tant que ministre des Affaires étrangères, c’est de convoquer l’ambassadeur du Nigeria pour lui dire qu’on ne peut accepter de telles choses sur notre territoire d’autant plus qu’on ne peut accepter de telles attaques contre notre population. J’ai bon espoir que le message du gouvernement a été entendu » fait savoir Aurélien Agbénonci.

Il a également saisi par écrit son collègue du Nigeria. Il lui a élevé ces constations dans les formes relatives qu’il faut et attend des amis du Nigeria qu’ils puissent tirer les conséquences de ces actes enregistrés à la chancellerie béninoise pour que la paix puisse revenir et qu’on puisse vivre dans un esprit de concorde et dans la sérénité.

Par Laurent Adjovi

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer