Gestion publique

Gestion des déchets solides et salubrité dans le grand Nokoué : La SGDS-GN fait le bilan du curage des ouvrages d’assainissement pluvial

La salle Borgou de l’INFOSEC de Cotonou a servi de cadre, le mercredi 17 février 2021, à un atelier bilan sur le curage des ouvrages d’assainissement pluvial organisé par la Société de Gestion des Déchets et de la Salubrité du Grand Nokoué (SGDS-GN).

Comptes rendus

Lancé il y a quelques mois, le curage des ouvrages d’assainissement pluvial ont duré presque 02 mois et a permis de curer 560.000 mètres linéaires de collecteurs primaires et secondaires, dont 47% d’ouvrages à Cotonou, 14% à Porto-Novo, 21% à Abomey-Calavi et 16% à Ouidah.

Pour le Représentant du Maire d’Abomey-Calavi, Monsieur Dieudonné MEGNINOU, Directeur des Services Techniques de la Mairie, la mise en place de ce système de gestion des déchets et de la salubrité a permis au cours de l’année écoulée le désensablement des rues, les travaux de curage des caniveaux ainsi que le démarrage des travaux de pré-collecte et de transport des ordures dans les communes. Pour les Maires, malgré les difficultés, le démarrage de ces activités à la date d’aujourd’hui est une satisfaction. Il a fait remarquer que c’est une joie pour lui de voir que la 2ème phase de cette opération qui sera enclenchée est la mise en œuvre des fréquences de curage des ouvrages d’assainissement pluvial et l’enlèvement des ordures.

Selon les propos du Directeur Général de la SGDS-GN, la société a progressé de 50% au moins, car avant le démarrage, il y avait beaucoup de villes qui ne faisaient plus de curage de leurs caniveaux. Les constats qui confirmaient cette statistique sont que les PME ont mis plus de temps pour les curer car ils y contenaient beaucoup de sables, de déchets et plusieurs obstructions. Ainsi, pour réussir cette opération, la SGDS-GN a eu à recruter 16 PME qui ont été appuyées financièrement. Cela a permis, selon Monsieur Valery LAWSON, de créer plus de 970 emplois pendant ces 2 ans.

Depuis septembre 2020, la société a apporté quelques innovations. La première innovation est que désormais, les boues de curage ne sont plus déposées à même la chaussée, mais plutôt dans des bâches et ne séjournent pas plus de 24 heures. Elles sont enlevées avant la tombée de la nuit. La seconde innovation est que la destination de ces boues sont connues. Des sites ont été identifiés dans certaines communes pour qu’elles soient traitées et les sables réutilisés.

Voir l’album

Cet article est un contenu du site web Gouv.bj

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer