A la UneEconomiePolitique économique

José Pliya rassure les populations de Ouidah sur les contours et le lancement du projet touristique Route des pêches

Le directeur général de l'Anpt, a rappelé aux populations l'envergure des infrastructures que la commune de Ouidah va abriter. Alors, selon lui, le Fort portugais deviendra le Musée d'histoire de Ouidah.

(Bénin Révélé Mag) – Dans le cadre du démarrage imminent des projets de développement touristique et des actions de dédommagement, une équipe conjointe de l’Agence nationale de promotion du patrimoine et du développement du tourisme (Anpt) et de l’Agence nationale du domaine et du foncier (Andf) s’est rendu dans la commune de Ouidah, le 13 juillet 2018.

José Pliya, directeur général de l’Anpt, a rappelé aux populations l’envergure des infrastructures que la commune de Ouidah va abriter. Alors, selon lui, le Fort portugais deviendra le Musée d’histoire de Ouidah. Il est également prévu la reconstruction du Fort William jusqu’au marché Zobè, la rénovation du Fort français, la construction de la cité historique de Ouidah, la réhabilitation de la Place aux enchères (Place Chacha) jusqu’à la Porte du non-retour.

Ainsi, « dans moins d’un an, notamment en mars 2019, Ouidah sera totalement en chantier dans le cadre de la réalisation des infrastructures touristiques du projet Route des pêches. Il y a beaucoup de travaux en vue pour les artisans et les entrepreneurs locaux ». C’est le message qu’ont reçu les populations de Ouidah notamment celles de l’arrondissement de Djègbadji et du centre-ville, le 13 juillet 2018, de cette délégation conjointe de l’Anpt et de l’Andf.

L’emprise retenue par le gouvernement à Djègbadji, va de l’hôtel Diaspora à la limite de l’hôtel Djègba. Il s’agira de réhabiliter tout ce périmètre. Il sera construit dans la zone du Champ de tirs, une arène notamment un théâtre de verdure de 2000 places qui servira de cadre aux grandes manifestations.

Le comptoir colonial sera reconstruit et deviendra l’Office du tourisme. Il est également prévu dans le plan d’aménagement, un village artisanal qui valorise le patrimoine artistique de Ouidah, un vivier d’art authentique, et l’érection d’hôtels attractifs. José Pliya souligne le fait que « l’innovation conçue par le président Patrice Talon, c’est un parc d’attraction balnéaire avec un bateau de 40 mètres de haut dont l’intérieur doit refléter et faire revivre les conditions de la traite négrière et tout ce qui l’entoure…».

Dans son adresse aux populations, José Pliya indique : « il y a des gens qu’on va déguerpir, des maisons à casser. Ce sera certainement difficile pour vous. C’est votre contribution de citoyen. Mais soyez rassurées, on ne spoliera personne et c’est pour ça que nous sommes là ». Il faut rappeler ici que Ouidah bénéficie de presque la moitié du financement prévu pour les projets touristiques inscrits au Programme d’action du gouvernement.

Selon Victorin Kougblénou, directeur général de l’Andf, les opérations à Ouidah ne devraient pas connaître de résistance. Car des trois communes concernées par la Route des pêches, Ouidah est celle qui a le plus fait respecter les prescriptions et restrictions. Pour lui, c’est la preuve que les populations de Ouidah ont déjà accepté le projet.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer