A la UneArticles recommandésGestion publique 1Santé

La phase pilote du projet ARCH sera lancé le 29 juillet 2019 à Abomey-Calavi et So-ava

 Au sujet de l’ARCH, le gouvernement du Président Patrice TALON évolue méthodiquement comme à son habitude et les résultats sont satisfaisants.

[Bénin Révélé Mag] – Promesse tenue par le Pr Benjamin Hounkpatin. Comme il l’avait promis il y a quelques semaines, la phase pilote du volet assurance maladie du projet ARCH (Assurance pour le renforcement du capital humain) sera officiellement lancé dans les zones sanitaires d’Abomey-Calavi et de So-ava, le lundi 29 juillet 2019 à 16h au centre de santé de Glo-Djigbé.

L’annonce est du Ministre de la Santé, le Professeur Benjamin HOUNKPATIN, par ailleurs Président du Comité national de Suivi du projet d’Assurance pour le Renforcement du Capital.

L’on se rappelle qu’au mois de juin dernier, invité de la session d’échanges avec les internautes, ASKGOUV BENIN, organisée par la Direction de la Communication à la Présidence de la République, le ministre de la Santé avait indiqué que le lancement officiel de cette composante de l’ARCH aura lieu au mois de juillet 2019.

« Au sujet de l’ARCH, le gouvernement du Président Patrice TALON évolue méthodiquement comme à son habitude et les résultats sont satisfaisants. Toutes les études préalables sont à présent terminées et la mise en oeuvre a commencé dans les zones pilotes que sont Abomey-Calavi et Sô-Ava; Dassa-Zoumè et Glazoué; Djougou-Ouaké-Kopargo.  Les stocks de médicaments nécessaires ont déjà été mis en place et les agents de santé qui doivent intervenir dans le dispositif ont déjà été formés », avait expliqué le ministre.

Le Pr Benjamin Hounkpatin avait également indiqué que phase d’identification des pauvres et extrêmes pauvres avait déjà eu lieu et la distribution des cartes qui permettront de jouir de la composante assurance du projet seraient très bientôt distribuées de manière à ce que le lancement officiel de cette composante de l’ARCH puisse avoir lieu courant juillet 2019. « Il est une évidence que ce volet de l’ARCH va impacter positivement la santé de nos populations », avait affirmé le ministre de la Santé.

Le projet ARCH

Le projet Arch est un paquet de quatre services, à savoir l’assurance maladie, la formation, l’accès au crédit et l’assurance retraite. Dans la présentation faite par Bintou Taro Adam, la ministre en charge des Affaires sociales et Venan Quenum, le coordonnateur de l’Unité de coordination du projet Arch, il y a un an devant les députés de l’Assemblée nationale, il ressort que le projet Arch

cible 2 468 254 bénéficiaires reconnus pauvres extrêmes répartis dans 375 458 ménages. Ils seront pris en charge intégralement par l’Etat qui va leur accorder des primes afin de leur permettre d’accéder au paquet de soins de base de l’assurance maladie. Les populations pauvres non extrêmes estimées à 1 895 810 répartis dans 321 737 ménages seront partiellement pris en charge.

La ministre en charge des Affaires sociales avait alors expliqué que ce projet a été élaboré par le gouvernement du président Patrice Talon pour apporter une réponse à l’état des lieux, critique en matière de protection sociale pour les acteurs du secteur informel. Ce secteur, caractérisé par le manque de qualification des acteurs, la précarité des emplois offerts et la prévalence de l’auto-emploi, représente 94,3 % de la population active, pour une contribution au Produit intérieur brut estimée à environ 68 %.

D’après les explications données par le ministre Bintou Taro Adam, le recensement général des entreprises que l’Insae a réalisé en 2010, rend compte de ce que plus de 98 % des entreprises recensées évoluent dans le secteur informel et ont un accès très limité au financement par des banques, explique.

La situation n’est guère reluisante en ce qui concerne le domaine de la couverture des risques sanitaires. Là, les mécanismes de prise en charge du risque maladie dont dispose le Bénin ne fonctionnent pas en synergie et enregistrent des résultats très mitigés. Ainsi, moins de 10 % de la population est couverte actuellement par l’assurance maladie.

La stratégie envisagée par le projet Arch vise donc à faire participer l’ensemble des parties prenantes à la réflexion afin de bâtir un dispositif consensuel, inclusif et cohérent. Ce qui facilite la mise en œuvre du projet et de ce fait, l’atteinte des objectifs que le chef de l’Etat entend atteindre en prenant cette initiative novatrice.

Par Laurent Adjovi

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close