A la UneEconomieINVESTIR AU BENINPolitique économique

La production de l’énergie électrique désormais ouverte à la concurrence

La ratification de l’accord par le Bénin lui offre la possibilité de réviser sa politique d’énergie électrique. Cela va certainement faciliter l’élaboration de schémas directeurs de producteurs et de transport de l’énergie électrique, l’approbation ou la modification des structures et des règlements tarifaires sur le plan national.

Dona Jean-Claude Houssou, ministre de l’Energie | Photo : aCotonou.com

(Bénin Révélé Mag) – Les entrepreneurs économiques qui envisageaient d’investir dans le domaine de la production électrique au Bénin et au Togo peuvent désormais se frotter les mains. C’est que, l’adoption à l’unanimité, par le parlement béninois, le 13 avril 2018, du projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord international sur le code bénino-togolais de l’électricité amendé, met en concurrence, la Communauté électrique du Bénin (Ceb), qui perd de ce fait son statut d’acheteur unique.

Ainsi, la ratification de l’accord par le Bénin lui offre la possibilité de réviser sa politique d’énergie électrique. Cela va certainement faciliter l’élaboration de schémas directeurs de producteurs et de transport de l’énergie électrique, l’approbation ou la modification des structures et des règlements tarifaires sur le plan national.

Egalement, la ratification de l’accord amendé permettra désormais de diversifier les capacités de production de l’énergie électrique et de résorber durablement les crises énergétiques récurrentes, assure la commission du plan, de l’équipement et de la production du parlement qui a présenté le rapport du dossier à la plénière.

« Avec cette autorisation, le gouvernement béninois pourra ouvrir le secteur aux investisseurs privés qui souhaiteraient produire et vendre de l’électricité, ce que ne permettent pas les termes de l’ancien code daho-togolais qui donnaient le monopole à la Communauté électrique du Bénin », a souligné le ministre Dona Jean-Claude Houssou de l’Energie, qui s’est exprimé à l’issue du vote de cette loi. Selon lui, cette autorisation permettrait ainsi à l’exécutif béninois de revoir l’ancien code bénino-togolais de l’électricité datant du 27 juillet 1968.

Dona Jean-Claude Houssou a aussi précisé que cette nouvelle loi permettrait aux deux Etats de multiplier leurs capacités et leurs sources d’approvisionnement en électricité. Il fait remarquer que « malgré les réformes entreprises par les gouvernements des deux pays dans le secteur énergétique, les crises répétées dans ce secteur n’ont pas épargné les deux Etats. Pour s’adapter aux nouvelles exigences, chaque Etat se doit de voter des lois en adéquation avec cette nouvelle situation ».

Les députés qui sont intervenus lors du débat général ont en effet trouvé en cet accord une réelle opportunité pour les investisseurs privés. Selon eux, l’ouverture du secteur à la concurrence va permettre de minimiser le coût de la consommation et de ce fait, les factures jusqu’alors élevées, que distribue la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) tous les mois.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close