A la UneGestion publiqueSanté

La proportion d’enfants ayant reçu la troisième dose du vaccin pentavalent passe de 67% en 2006 à 73% en 2017

Il a été question pour lui de faire le point des efforts du Bénin dans le cadre de la mise en œuvre du Programme élargi de vaccination et des écarts à combler. La vaccination est un outil indispensable en matière de soins de santé, selon lui.

Le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin | Photo : Journal Adjinakou Benin / Archives

(Bénin Révélé Mag) – « A partir de maintenant, le Bénin dispose d’un document synthèse de l’état des lieux du Programme élargi de vaccination (Pev), une feuille de route définissant les grandes orientations du Pev-Bénin pour la période quinquennale 2019-2023, et d’une déclaration commune engageant les parties prenantes quant à la relance et le financement de la vaccination », se réjouit Benjamin Hounkpatin, ministre de la Santé, le 05 octobre 2018 au cours du point de presse qu’il a donné en marge de la table ronde de Cotonou pour la relance et le financement de la vaccination.

Il a été question pour lui de faire le point des efforts du Bénin dans le cadre de la mise en œuvre du Programme élargi de vaccination et des écarts à combler. La vaccination est un outil indispensable en matière de soins de santé, selon lui.

« Le Programme élargi de vaccination est une pièce-maîtresse de la prévention sanitaire et qui a servi à partir de 1987 de pilier central des soins de santé primaires. Les initiatives mondiales et les campagnes de vaccination ont permis au Bénin d’interrompre la transmission du poliovirus sauvage autochtone, d’éliminer le tétanos maternel et néonatal et de réduire significativement la morbidité et la mortalité liées à la rougeole », a-t-il indiqué.

Au cours de ce point de presse sur l’état des lieux en matière de couverture vaccinale au Bénin, le ministre a apprécié les différentes conclusions des assises. Ainsi, la rencontre de Cotonou ouvre de nouveaux horizons au Bénin.

« Les enquêtes démographiques et de santé révèlent une évolution de la proportion d’enfants ayant reçu la troisième dose du vaccin pentavalent, passant de 67% en 2006 à 73% en 2017 », a indiqué, le ministre, évoquant les efforts faits par le Bénin ces dernières années. La tendance reste inchangée en ce qui concerne la vaccination contre la rougeole. Quant à la proportion d’enfants « complètement vaccinés avant leur premier anniversaire, elle est passée de 40,2 en 2006 à 57% en 2017 », a-t-il ajouté.

Benjamin Hounkpatin reconnaît malgré ces efforts, que des écarts restent à combler. Il fait ainsi savoir que « selon la dernière revue externe, à peine une commune sur trois parvenait en 2014 à vacciner au moins 80% de ses enfants au penta 3 et selon les évaluations conjointes de l’Oms et de l’Unicef, ce sont plus de 63 000 enfants âgés de moins d’un an qui, chaque année, ne reçoivent pas la troisième dose du vaccin pentavalent contre le tétanos, la diphtérie, les méningites et infections respiratoires dues à la bactérie haemophilus influenzae B ».

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close