A la UneGestion publiqueGestion publique 1Politiques publiques

La SNV et des Ong signent des accords pour garantir une gestion durable des ressources en eau

Le programme Omidelta constitue une réponse de l’ambassade des Pays-Bas à la préoccupation du gouvernement du Bénin dans le cadre de la réalisation de l’objectif de développement durable (Odd VI) : « garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau ».

Photo : © LA NATION BENIN

(Bénin Révélé Mag) – En présence d’Ibrahim Ousmane, coordonnateur du programme Omidelta Fonds acteurs non étatiques, les responsables de quelques Organisations non gouvernementales (Ong) éligibles à ce programme ont signé avec Jeannette de Regt, directrice de la SNV, organisation néerlandaise de développement, des contrats de subventions. C’était le 07 juin 2018, au siège de l’organisation à Cotonou.

Le programme Omidelta constitue une réponse de l’ambassade des Pays-Bas à la préoccupation du gouvernement du Bénin dans le cadre de la réalisation de l’objectif de développement durable (Odd VI) : « garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau ».

En effet, le Fonds acteurs non étatiques vise à financer les Ong et le secteur privé pour la mise en œuvre de projets ayant pour objectif, l’amélioration de l’accès, de l’utilisation et de la qualité des services d’approvisionnement en eau potable, hygiène et assainissement (Aepha) durables ainsi que l’opérationnalisation de la gestion intégrées des ressources en eau (Gire) dans la basse et moyenne vallée de l’Ouémé.

Ainsi, l’hygiène, l’assainissement et la gestion intégrée des ressources en eau sont privilégiés dans cette signature d’accord qui a eu lieu entre l’organisation néerlandaise de développement, Snv et les représentants des Ong sélectionnées.

Selon Jeannette de Regt, les propositions soumises par ces Ong, méritaient d’être valorisées, car l’impact visé par le programme Omidelta Fonds acteurs non étatiques est que d’ici à 2021, au moins 150 000 personnes, aient accès aux services d’eau potable durables et de qualité. De même, d’ici à 2021, au moins 275 000 personnes ont, au titre des défis dudit fonds, accès aux services d’hygiène et d’assainissement améliorés et que dans la même période, au moins 300 000 personnes bénéficient d’une meilleure gestion des bassins versants et de la sécurité des deltas.

Une expérience enrichissante

Selon la directrice de la Snv, compte tenu de l’expérience des Ong qui s’investissent et de l’accompagnement d’Omidelta, il n’y a pas de doute que le succès soit garanti. Même si le changement de comportement a la peau dure, Jeannette de Regt compte sur l’engagement et l’expérience dont jouissent les Ong signataires des contrats de subventions.

Quant à Charles Ahouandjinou, directeur des études et stratégies à la direction générale de l’Eau il a témoigné sa gratitude à l’ambassade des Pays-Bas, d’avoir permis au secteur de l’assainissement et de l’eau, de bénéficier du programme Omidelta. Il s’est félicité du travail sérieux et méticuleux de la Snv, qui a conduit à la sélection des acteurs non étatiques.

Pour Mathurin Bonzi, directeur d’Oxfam éligible en tant que grand projet et qui intervient dans les communes de Ouidah, Tori-Bossito et Kpomassè, relève que c’est une expérience enrichissante tant dans la démarche que par rapport aux négociations.

Raoufou Souleymane, directeur exécutif de l’Association nationale d’amitié avec les peuples, chef de file du consortium Nimburam (eau potable en baatonu), explique que l’Ong travaille dans trois communes : Kalalé dans le Borgou, Gogounou dans l’Alibori et Ouessè dans les Collines pour impacter environs 34 000 personnes.

Pour Salomon Balogoun, directeur de Sian Son Ong éligible à Omidelta Fonds acteurs non associés, c’est un projet interactif. Il apprécie les feed back et se réjouit d’avoir été renforcé. « Nous avons été accompagnés et espérons devenir de grands projets ».

En ce qui concerne Vincent Ategui, directeur exécutif de l’Association pour étude et réalisation des aménagements en milieu rural, le but visé est d’améliorer les infrastructures des villages et d’amener les habitants des communes de Djidja, Abomey et Agbangnizoun à adopter les bonnes pratiques.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close