A la UneGestion publiqueGestion publique 1Politiques publiques

L’AFD accorde 655 millions de F.Cfa pour la Communauté forestière du Moyen-Ouémé

Ce projet de renforcement de la gestion durable des forêts naturelles du Moyen-Ouémé a pour finalité de contribuer à la lutte contre les changements climatiques, la conservation de la diversité biologique et la promotion du développement économique local par la réhabilitation d’un couvert forestier fortement dégradé, la production durable de bois énergie et la gestion multi-acteurs des forêts naturelles.

Photo : BENIN SITE

(Bénin Révélé Mag) – En présence de Véronique Brumeaux, ambassadeur de la France près le Bénin, Adrien Haye, directeur de l’Agence française de développement (Afd) au Bénin, et Yao Prosper Iroukora, président de la Communauté forestière du Moyen-Ouémé (CoForMO), ont signé le 18 décembre 2018 à Cotonou, la convention de financement de 655 millions de F.Cfa pour renforcer les acquis de la communauté. La CoForMO bénéficie ainsi d’un deuxième appui de l’Afd.

Ce projet de renforcement de la gestion durable des forêts naturelles du Moyen-Ouémé a pour finalité de contribuer à la lutte contre les changements climatiques, la conservation de la diversité biologique et la promotion du développement économique local par la réhabilitation d’un couvert forestier fortement dégradé, la production durable de bois énergie et la gestion multi-acteurs des forêts naturelles.

Pour Yao Prosper Iroukora, président de la CoforMO, le dispositif de gestion forestière adopté et développé par cette communauté constitue un modèle inédit au Bénin et, semble-t-il, le seul mis en œuvre aujourd’hui en Afrique. Il repose sur une gouvernance multi-acteurs et de cogestion forestière, dans une démarche d’intercommunalité, se réjouit-il.

Il a été noté à l’évaluation que le dispositif mis en place bénéficie, selon le président de la CoforMO, d’une architecture solide. Mais, il reste encore inachevé et très peu visible, malgré la très forte plus-value de la contribution du Fonds français pour l’environnement mondial (Ffem) et autres projets. C’est pourquoi, dans le but de consolider les acquis de la subvention initiale, la CoforMO a sollicité et obtenu et de façon exceptionnelle, une deuxième convention du Ffem, pour le financement du projet de renforcement de la gestion durable des forêts naturelles du Moyen-Ouémé.

Véronique Brumeaux, a rappelé à la cérémonie de signature, que 85% de l’énergie domestique au Bénin provient de l’utilisation du bois de chauffe et du charbon de bois, et donc de l’exploitation forestière. Or, cette exploitation n’est réalisée selon elle, ni de façon concertée ni de manière durable. Ainsi, le couvert forestier subit une dégradation continue, menaçant la biodiversité animale et végétale qu’il abrite, et les services environnementaux qu’il rend aux populations locales.

Pour répondre à ce défi que la CoForMO, communauté a été créée par cinq communes du Moyen-Ouémé, a mis en place depuis 2007, souligne la diplomate française, un dispositif de gestion communale des forêts par l’élaboration de plans d’aménagement forestier participatifs a été initié.

La CoForMO a pour vocation d’assurer la gestion durable des ressources forestières du domaine protégé de l’Etat au sein des territoires de ses neuf communes membres, tout en contribuant à leur développement économique et social. Les neuf communes de la communauté sont Bantè, Bassila, Dassa-Zoumè, Djidja, Glazoué, Ouèssè, Savalou, Savè, et Tchaourou, mobilisées pour la protection de leurs forêts. L’originalité du dispositif repose sur une cogestion intercommunale contractuelle d’un patrimoine forestier.

Par Simplice Kayo,  Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close