A la UneGestion publiqueGestion publique 1Politiques publiques

Le Bénin passe de la 35ème à la 14ème place des pays africains, au classement d’indice du capital humain, selon la Banque Mondiale

Selon ledit rapport, quand on prend les différentes composantes intégrées au sein de l’IHC, à savoir, la survie des enfants, l’éducation et la santé, les performances globales des pays en Afrique au sud du Sahara sont alarmantes et les chiffres ne sont pas fameux.

(Bénin Révélé Mag) – Les données du nouvel indice du capital humain dans le monde ont été dévoilé à la fin du mois d’octobre 2018 à Bali en Indonésie, par la Banque mondiale. Si dans la tendance générale, l’Afrique au sud du Sahara traine encore les pieds et est rangée au bas du classement, certains pays de cette partie du continent sortent la tête de l’eau. Ainsi, le Bénin par exemple, passe de la 35ème à la 14ème place selon le rapport. Une remontée fulgurante due à certains changements dans la gouvernance du pays depuis un peu plus de deux ans.

Selon ledit rapport, quand on prend les différentes composantes intégrées au sein de l’IHC, à savoir, la survie des enfants, l’éducation et la santé, les performances globales des pays en Afrique au sud du Sahara sont alarmantes et les chiffres ne sont pas fameux.  Même si le rapport indique toutefois, qu’aucun pays à travers le monde n’investit encore assez dans sa population pour lui permettre de profiter à 100% des retombées économiques que cela pourrait engendrer.

Ainsi, les bons élèves en Afrique subsaharienne, dans le domaine de l’éducation par exemple, se sont l’Ile Maurice et les Seychelles. Ces deux pays affichent des chiffres satisfaisants. A côté de ces deux pays, seuls cinq autres pays ont pu au moins se classer dans le deuxième quartile des données relatives à la durée consacrée à l’éducation. Il s’agit du Bénin (9,3 années), du Malawi (9,4), du Zimbabwe (10 ans en moyenne), du Kenya (10,7) et du Ghana (11,6).

Ces facteurs ont ainsi permis au Bénin de progresser dans le classement. De même les nombreuses réformes engagées dans le secteur de la santé ont compté pour beaucoup dans l’amélioration des résultats du Bénin. Le réel enjeu pour le gouvernement béninois, c’est le projet Assurance renforcement du capital humain (Arch). Un projet dont la phase de collecte des données a déjà commencé et qui devrait sortir des millions de Béninois de la précarité.

Rappelons que le but du rapport de la Banque mondiale est de faciliter l’estimation des pertes de productivité économique, subies par les pays qui n’investissent pas assez dans leurs populations.

Par Laurent Adjovi, Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close