A la UnePolitique économique

Le CES explore les pistes de réduction de la dépendance économique du Bénin face au Nigeria

[Bénin Révélé Mag] – « Proximité géographique du Bénin avec le Nigéria : atouts, faiblesses et perspectives pour la croissance économique nationale » ; c’est le thème principal autour duquel se déroule du 1er au 4 octobre 2019 à Cotonou, le séminaire sur les relations économiques entre le Bénin et le Nigeria.

Les conclusions de ces travaux auxquels prennent part les membres du Conseil économique et social (Ces) vont permettre à l’institution de faire des propositions concrètes pour des échanges commerciaux équitables le Nigeria.

Plusieurs communications seront présentées durant ces assises, selon les organisateurs. Il s’agit entre autres de celle portant sur les fondements historiques et socioculturels des relations entre le Bénin et le Nigeria, les échanges transfrontaliers des hydrocarbures et du riz entre les deux pays et ses impacts socioéconomiques pour le Bénin.

Les membres du Ces sont déterminés à proposer des réponses éclairées au gouvernement et à l’Assemblée nationale pour que plus jamais, aucun bras de fer commercial entre le Nigeria et le Bénin n’ait des conséquences fâcheuses sur l’économie nationale.

Il est question pour le Ces de mettre fin, grâce à des solutions idoines, efficaces et durables, aux préjudices que la fermeture des frontières nigérianes cause à l’économie béninoise. C’est donc conformément à ses prérogatives que les conseillers du Ces se sont retrouvés à la faveur de ce séminaire.

En effet, le Ces entend à travers ces assises, partager de concert avec les spécialistes, ses réflexions sur cette question au peuple béninois. C’est ce qu’a laissé entendre le président du comité d’organisation dudit séminaire, le Général Soumanou Oké.

Augustin Tabé Gbian, président du Ces explique que « l’objectif est de contribuer non seulement à régler durablement le caractère parfois conflictuel des échanges avec le Nigeria mais aussi une meilleure exploration par le Bénin des atouts liés à sa proximité géographique avec le géant voisin de l’Est ».

Il rappelle que ce séminaire qui se tient dans un contexte marqué par la fermeture des frontières par le Nigeria n’est qu’un pur « hasard de calendrier ». Mais ce qui est sûr, estime-t-il, c’est que le bras de fer actuel conforte les membres de son institution « dans l’idée qu’il urge peut-être de changer de paradigme lorsqu’il s’agira désormais de penser nos relations avec le Nigeria ».

Par Laurent Adjovi

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close