A la UneEconomieGestion publiqueGestion publique 1Politique économiquePolitiques publiques

Le gouvernement autorisé à ratifier trois accords de financement de plus de 73 milliards de F.Cfa

Il est de promouvoir l’intégration régionale et d’accroître les échanges commerciaux entre le Bénin et les pays voisins, notamment le Niger, le Burkina Faso, le Togo et le Nigeria, à travers l’amélioration des conditions du transport sur ce corridor international.

Deux accords de financement viennent renforcer les nombreux chantiers de bitumage et d’asphaltage en cours. | Photo : © Benin Web TV

(Bénin Révélé Mag) – Parfait Houangni, André Okounlola Biaou et Benoît Dègla, tous députés à l’Assemblée nationale, intervenant en séance plénière du 28 août 2018, au cours du débat général sur certains projets d’amélioration du réseau routier national, présentés par le gouvernement du nouveau départ, ont vanté l’objectif visé par le projet.

Il est de promouvoir l’intégration régionale et d’accroître les échanges commerciaux entre le Bénin et les pays voisins, notamment le Niger, le Burkina Faso, le Togo et le Nigeria, à travers l’amélioration des conditions du transport sur ce corridor international.

A l’issu de ces interventions, les honorables parlementaires ont reconnu que le gouvernement fait beaucoup d’efforts dans le sens de l’amélioration du réseau routier national. De ce fait, ils lui ont autorisé, à ratifier trois accords de financement d’un montant total de 73 025 017 410 de F.Cfa. Deux de ces projets, portant sur la réhabilitation du corridor Cotonou – Niamey ; section Béroubouay – Malanville, longue de 169,4 km sont estimés à 65 025 017 410 de F.Cfa. Les huit milliards de F.Cfa restants pour le Projet régional d’amélioration des Systèmes de surveillance des maladies en Afrique de l’Ouest (Redisse III).

Selon les trois parlementaires cités ci-dessus, cette autorisation de ratification de deux accords de financement vient renforcer les nombreux chantiers de bitumage et d’asphaltage en cours dans plusieurs régions du pays. Tout en reconnaissant que tout le Bénin surtout le Nord-Bénin est en chantier, les députés Benoît Dègla et André Okounlola Biaou relèvent que le centre-Bénin semble être marginalisé.

Ainsi, ils plaident pour une répartition équitable des projets routiers pour permettre un désenclavement total du pays. Les cas de l’axe Kilibo-Ouèssè, Glazoué-Ouèdèmè-Aklamkpa et Oké Owo-Savè, aujourd’hui impraticables avec impossibilité pour les paysans d’écouler leurs produits vivriers, ont été cités en exemple par les deux députés qui disent porter les cris de cœur de ces populations.

Alassane Séïdou, ministre chargé des Infrastructures, présent à la séance plénière, a rassuré les deux députés. Il a expliqué que toutes les routes évoquées ont été recensées par son ministère. Elles font partie des axes priorisés dans le cadre des travaux d’entretien routier devant démarrer très bientôt sous le financement du Fonds routier.

Il faut préciser que les deux accords-cadres qui font un montant cumulé de 65 025 017 410 de F.Cfa accordés par la Bid, sur un coût total hors-taxes et hors-douane du projet estimé à 78 209 753 110 F Cfa. Le reste du financement du projet, c’est-à-dire 13 184 735 700 de F.Cfa est à la charge du Fonds de l’Opep pour le développement international dont la ratification est prévue pour bientôt.

C’est que le financement obtenu de la Bid dont la ratification a été autorisée par les députés est assorti de certaines conditions. L’accord-cadre de pré-mise en œuvre, d’un montant de
3 870 146 300 F Cfa, est conclu pour une durée de remboursement de 20 ans dont 4 ans de différés en capital. La marge bénéficiaire est de 1,8% l’an sur le montant décaissé l’an et non encore remboursé.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close