A la UneGestion publique 1

Le gouvernement et ses partenaires adoptent un dispositif national pour renforcer les actions de sécurisation des espaces frontaliers

 

[Bénin Révélé Mag] – Afin d’évaluer les actions menées depuis une dizaine d’années dans les zones frontalières et faire des projections sous l’égide de l’Agence béninoise de gestion intégrée des espaces frontaliers (Abegief), les membres du corps diplomatique accrédité au Bénin, les partenaires techniques et financiers et le gouvernement se sont réunis le 25 octobre 2019 à Cotonou. Ceux-ci ont jugé nécessaire d’échanger pour mettre en synergie leurs actions au profit des zones frontalières.

Sacca Lafia, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique a exposé à l’occasion de ces assises, les défis et les enjeux majeurs qui, ont un impact selon lui, sur l’efficacité de la production la sécurité intérieure. Sacca Lafia évoque le renforcement du partenariat avec les populations, la modernisation du dispositif sécuritaire et la couverture intégrale du territoire national. Il affirme que « La nouvelle gouvernance, celle qui place l’individu au cœur de la sécurité est la condition pour y parvenir ».

Le ministre a rappelé les différentes actions menées par le gouvernement dans ce cadre et qui ont permis au Bénin d’être à ce jour à l’abri de certaines menaces. Tout en précisant que le terrorisme est la principale menace à la paix dans tout pays, Sacca Lafia souligne que l’extrémisme violent constitue une hantise pour la communauté internationale dont il compromet la stabilité et le développement. « Le présent dialogue permettra d’amener toute la communauté internationale à prendre conscience de l’abandon des espaces frontaliers, soumis aux menaces terroristes », espère-t-il.

La rencontre a permis aux partenaires techniques et financiers d’avoir un point exhaustif de ce qui est fait depuis plus de 10 ans par le Bénin. Elle a également permis de connaître les nouvelles approches de sécurité pour savoir quel appui apporter et à quel niveau intervenir afin d’accompagner efficacement le pays dans l’atteinte de ses objectifs sécuritaires.

Marcel Ayité Baglo, directeur général de l’Abegief, se réjouit de cette initiative en ce sens qu’elle va changer désormais beaucoup de choses dans la gestion des espaces frontaliers au Bénin. A l’en croire, ces zones qui servent très souvent de bastion pour des groupes terroristes ne le seront plus et l’extrémisme violent qui y règne en raison du sentiment d’abandon des populations qui y vivent pourra aussi disparaître.

« Les seules personnes capables de reconnaître et de dénoncer ces terroristes sont les populations et non les forces de l’ordre, ni les drones », souligne-t-il. Pour y arriver, il a insisté sur les actions à poser envers ces populations afin de leur donner le sentiment d’appartenance à la patrie Bénin. « C’est pour cela que tout partenaire qui veut nous appuyer dans ce sens doit nous aider d’abord à lutter contre la pauvreté dans ces zones pour asseoir une sécurité plus efficace », confie-t-il.

Par Laurent Adjovi

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close