A la UneGestion publiqueSanté

Le gouvernement va recruter des pharmaciens et installer au Bénin un laboratoire pour tester les médicaments importés

L’annonce a été faite par le Chef de l’Etat, Patrice Talon, lors de sa rencontre avec les acteurs du secteur pharmaceutique le 30 mars 2018. La future structure devrait contribuer à lutter efficacement contre la prolifération des faux médicaments sur le marché national, véritable problème de santé publique.

Le président du Bénin Patrice Talon lors du conseil des Ministres le 18 octobre 2017 | Photo : PRÉSIDENE DU BÉNIN / ILLUSTRATION
Le président du Bénin Patrice Talon lors du conseil des Ministres le 18 octobre 2017 | Photo : PRÉSIDENE DU BÉNIN / ARCHIVES

(Bénin Révélé Mag) – Le président de la République, son excellence Patrice Talon, a rencontré les différents acteurs du secteur pharmaceutique le 30 mars 2018. Au cours de cet échange qui fait suite à la découverte, au début du mois de mars 2018, d’un réseau de trafic de faux médicaments impliquant cinq « grossistes répartiteurs », le Chef de l’Etat a annoncé la création prochaine d’un laboratoire pharmaceutique dont la charge sera de tester les médicaments importés dans le pays. Il a également annoncé la création d’une commission ad hoc dont la principale mission sera d’étudier des pistes de réforme du secteur.

« L’Etat jouera convenablement sa partition. Nous avons déjà entamé des discussions pour installer au Bénin un laboratoire digne de ce nom, avec des compétences en la matière…. Vous savez que nous avons des pharmaciens qui vont à la retraite. Nous allons recruter et former des jeunes dans ce domaine. Dans peu de temps, nous allons faire cet investissement de manière très rapide », a promis le président Patrice Talon.

A travers ces deux actions, le président de la République veut doter le pays d’outils efficaces de lutte contre la prolifération de faux médicaments, considérés comme un sérieux problème de santé publique.

Le laboratoire pharmaceutique annoncé va rassurer l’Etat, qui a perdu confiance dans les pharmaciens, sur l’authenticité des médicaments vendus dans le pays. Cette perte de confiance se traduit par la suspension de l’Ordre national des pharmaciens pour six mois. La sanction conservatoire coure depuis le 14 mars 2018, au lendemain de la condamnation des cinq « grossistes répartiteurs », qui contrôlent une grande partie de la distribution des médicaments au Bénin ; représentants des sociétés GAPOB, Ubipharm, CAME, Ubephar and Promo Pharma ; à quatre années de prison ferme pour « vente de médicaments falsifiés, exposition, détention en vue de vente, mise en vente ou vente de substances médicamenteuses falsifiées ». Ils ont également écopé d’une amende de 100 millions de francs CFA de dommages et intérêts à l’Etat béninois. Ces directeurs généraux ont fait appel de cette décision du tribunal.

Au-delà des grossistes, le laboratoire New Cesamex, qui approvisionnait en médicaments certains grossistes a également été sanctionné. Le gouvernement lui a retiré son autorisation de commercialisation de ses produits pharmaceutiques sur le territoire béninois et a procédé au retrait de ses produits des officines. Le ministre de la Justice du Bénin, Joseph Djogbenou, a justifié cette décision par le « principe de précaution ». Le représentant local de New Cesamex a par ailleurs été condamné à 18 mois de prison.

Pour ce qui est de la commission ad hoc, elle va revoir le statut de l’Ordre des pharmaciens et ses règlements d’application, mettre en place une commission de surveillance et de contrôle de la distribution des produits pharmaceutiques. Pour le ministre de la Justice, la sanction contre l’Ordre est justifiée parce qu’il « n’a pas pu assurer ses missions et l’État a décidé de prendre ses responsabilités. Des éléments probants établissent une complaisance ».

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer