A la UneGestion publiqueGestion publique 1Politiques publiquesSociété

Le parquet de Cotonou met en garde ceux qui publient les fausses nouvelles sur les réseaux sociaux et les auteurs de crimes rituels

Ils ont été mis en garde et ont été, à la faveur d’une déclaration de presse du 21 mars 2018, informés des risques auxquels ils s’exposent, par Mario Mètonou, premier substitut du procureur de la République près le tribunal de première instance de première classe de Cotonou.

Mario Mètonou, premier substitut du procureur de la République près le tribunal de première instance de première classe de Cotonou. | Photo : Benin Web TV

(Bénin Révélé Mag) – Depuis un moment déjà, des personnes se plaisent à poster et/ou à diffuser sur les réseaux sociaux, des images macabres, faisant état de crimes rituels, de sacrifices humains au profit d’un fétiche. Les auteurs des crimes rituels et ceux qui diffusent les fausses informations sur les réseaux sociaux sont désormais avertis.

Ils ont été mis en garde et ont été, à la faveur d’une déclaration de presse du 21 mars 2018, informés des risques auxquels ils s’exposent, par Mario Mètonou, premier substitut du procureur de la République près le tribunal de première instance de première classe de Cotonou.

A travers cette démarche, le parquet de Cotonou qui dit avoir constaté que « les téléphones portables et ordinateurs sont envahis d’images d’enfants enlevés puis sauvagement mutilés, d’hommes et de femmes morts dans des conditions effroyables et d’éléments audio réalisés par des personnes faisant l’apologie des sacrifices humains ainsi que des crimes rituels » veut mettre un terme à de telles pratiques.

Résolu à lutter sans relâche contre toute atteinte à la vie et à punir tout crime rituel, le parquet de Cotonou signale aussi qu’il existe sur le moment, des moyens pour retrouver les auteurs des messages postés sur les réseaux sociaux.

« La poursuite sera dirigée non seulement contre ces auteurs mais aussi contre toutes personnes relayant les fausses informations », prévient le parquet. Le substitut du procureur de la République de Cotonou rassure que ses services compétents sont déjà instruits aux fins de barrer la voie à tels crimes et d’appréhender leurs auteurs.

« Les auteurs et les complices de ces infractions encourent les mêmes peines de prison à vie, conformément aux articles 295 et suivants du Code pénal en vigueur », menace Mario Mètonou. Il rappelle que les atteintes à la vie humaine, notamment les homicides font partie des infractions sévèrement punies dans la législation actuelle du Bénin, et que les réseaux sociaux ne sont pas un espace de non-droits. Le substitut du procureur informe de ce que le Bénin dispose de l’arsenal législatif suffisant pour instruire et réprimer toutes divulgations de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux et partout ailleurs.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close