A la UneGestion publiqueGestion publique 1Politiques publiques

Les 35 causes de l’échec de la construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale du Bénin [Audit]

La finalisation de la mission d’audit conduite par le bureau d’études s’est faite en novembre 2017 et la validation du rapport de la mission d’audit en mars 2018. Les résultats de ce rapport d’audit ont été présentés aux députés ce 07 mai 2018 à Porto-Novo par les ministres Didier Tonato en charge du Cadre de vie et Me Joseph Djogbénou en charge de la Justice.

Didier Tonato en charge du Cadre de vie | Photo : © Benin Web TV

(Bénin Révélé Mag) – Neuf ans après le démarrage des travaux de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale du Bénin, y compris les 43 mois de suspension des travaux, le chantier est à l’abandon aux portes de la ville de Porto-Novo. Dans l’optique d’achever les travaux et de doter l’Assemblée nationale d’un siège accordant de meilleures conditions de travail aux députés et à l’administration parlementaire, le gouvernement du Nouveau Départ a eu recours à une nouvelle expertise internationale, ayant toutes les compétences requises et avérées. C’est le bureau d’études Quali-Consult. Notamment sa filiale QCS Services qui a été recruté pour la réalisation d’un audit technique, financier et juridique du chantier de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale.

La finalisation de la mission d’audit conduite par le bureau d’études s’est faite en novembre 2017 et la validation du rapport de la mission d’audit en mars 2018. Les résultats de ce rapport d’audit ont été présentés aux députés ce 07 mai 2018 à Porto-Novo par les ministres Didier Tonato en charge du Cadre de vie et Me Joseph Djogbénou en charge de la Justice.

Les 35 dysfonctionnements et dérapages

Bénin Révélé Magazine a eu accès aux conclusions de cette mission d’audit qui a révélé de graves problèmes et dysfonctionnements qui amplifient les risques encourus par ce chantier. Les 35 dysfonctionnements et dérapages relevés par le bureau d’études QCS Services.

  1. Conduite non maîtrisée des études architecturales et techniques du projet devant assurer sa qualité à la phase de réalisation, soit une défaillance dans la phase de conception,
  2. Conduite non maîtrisée dans la procédure de Permis de Construire et l’élaboration d’une Notice de Sécurité
  3. Manque criard de professionnalisme et de rigueur de tous les acteurs, en particulier du Maitre d’Ouvrage Délégué, la SERHAU-SA.
  4. L’immixtion inopportune du Maître d’Ouvrage pour pallier à la défaillance du Maître d’Ouvrage Délégué a été contre-productive pour le projet.
  5. Chantier dans un état d’abandon avec de graves malfaçons sur gros-œuvre des bâtiments malgré l’importance des ressources financières mobilisées pour son exécution et les nombreuses reprises,
  6. La SERHAU-SA, Maître d’Ouvrage Délégué, le Groupement TROPHEE, Maître d’œuvre, les autres acteurs du Corps de Contrôle, ainsi que les administrations respectives qui ont conduit les régies, sont les responsables effectifs de cet échec, leurs responsabilités sont entièrement engagées.
  7. Il n’est pas prouvé que les investissements effectivement réalisés puissent coûter les 20 milliards de francs CFA
  8. La négligence, la mauvaise gestion des ressources publiques, la consciente renonciation aux procédés techniques universellement reconnus et à un recours aux professionnels avérés et expérimentés ont produit ce solde catastrophique d’un bâtiment qui est déjà, hélas, dans une dégradation avancée.
[Elles ont amené l’auditeur à réserver son avis favorable à la stabilité et à la sécurité du chantier du nouveau siège de l’Assemblée Nationale.]

Détail des dysfonctionnements constatés

Au plan technique et organisationnel

9.  Immixtion intempestive du gouvernement, Maître d’ouvrage, plus que de besoin dans les prises de décisions majeures, pour palier à la défaillance du MOD. Et ce, malgré l’existence d’une convention de maitrise d’ouvrage déléguée (MOD) en bonne et due forme. Cela a négativement impacté la réalisation des travaux, selon les règles de l’art.

10. Mise en place d’une commission de dépouillement des offres des entreprises, par l’ex MUHA dès le début du processus, se substituant au MOD, en violation des clauses contractuelles contenues dans la convention.

11. Toutes les suspensions des travaux ont été décrétées par le Maître d’Ouvrage et ont contribué à démobiliser tous les acteurs du projet.

12. Défaillance de la SERHAU-SA, maître d’ouvrage délégué en charge de la réalisation du projet, qui n’a pas correctement assuré sa fonction d’ordonnancement, de pilotage et de coordination (OPC) du projet. Elle a fait montre de carences graves ayant occasionné la non maîtrise du coût et du délai d’achèvement de ce projet relativement complexe.

13. Violation du Code des Marchés Publics car la plupart des marchés passés par le MOD n’ont pas été entérinés par la Direction Nationale de Contrôle des Marchés Publics (DNCMP). La SERHAU s’est contenté d’avis de non objection (ANO) du Maître d’Ouvrage.

14. Chantier lancé sans une procédure de dépôt de Permis de Construire (PC) ; d’où le non-respect de la réglementation en matière de Sécurité Incendie. En situation normale, les attendus du Permis de Construire devaient être délivrés par le Groupement des Sapeurs-Pompiers.

15. Changement de site du projet. Ce dernier a été déplacé du site originel sur terre ferme sur un site plus délicat au bord de la lagune de Porto-Novo,

16. Retrait du bureau d’étude technique AUXI BTP, en charge des études techniques d’ingénierie Génie Civil, qui a renoncé au reste de sa mission après les premiers appels d’offres ; ce qui a engendré d’énormes difficultés de maîtrise de ce volet par la suite.

17. Chantier exécuté sans études techniques sérieuses, notamment les études d’avant-projet détaillé (APD) et les plans d’exécution, autant de pièces incontournables qui doivent être dûment contrôlés et validés par les corps habilités pour garantir dans la bonne mise en œuvre d’un projet de cette envergure et de cette complexité.

18. Des ouvrages ont été exécutés avant l’approbation des plans d’exécution ;

19. 11 Décembre 2011 : Effondrement de la passerelle reliant le bloc infirmerie à l’hémicycle – aucun rapport d’expertise justifiant les causes réelles de cet effondrement n’a été mis à la disposition de la mission de l’Inspection Générale du Ministère ;

De la mauvaise exécution des travaux

20. Des erreurs d’implantation des poteaux servant d’appui à la charpente, de positionnement et d’alignement des murs, des poutres et des poteaux sur les façades, d’aplomb au niveau des voiles, de la trémie des cages d’ascenseur, ségrégation du béton et corrosion des armatures au niveau de l’ensemble de la structure (poteaux et poutres), démolitions et reprises hasardeuses, non-respect des plans, pas de superposition des plans de charpente et du gros-œuvre, poteaux, poutres et poutrelles sans appui, etc.. [Toutes ces erreurs ont déjà nécessité des reprises de travaux dans des conditions techniques et contractuelles douteuses.]

21. Des plans et des documents graphiques ont été abandonnés à la seule initiative et expertise des entreprises, qu’ils n’ont pas toujours été soumis à l’approbation des structures compétentes, notamment le bureau de contrôle technique, SOCOTEC.

22. Le bureau de contrôle n’offrait plus depuis longtemps toutes les garanties techniques et juridiques nécessaires à sa mission ainsi qu’à la bonne conduite de ce chantier dans les règles de l’art et les conditions optimales de sécurité.

23. Absence de Permis de Construire, manquement très préjudiciable pour la sécurité incendie du projet, fait que l’entreprise SOCOTEC n’a pas signalé

24. Défaut de Rapport Initial de Contrôle Technique (RICT) de la part de SOCOTEC.

25. Le Système de Sécurité Incendie (SSI) que propose SEIB n’a nullement fait l’objet de validation de la structure prescripteur (Groupement des Sapeurs-Pompiers). Il en est de même pour tous les moyens de secours du projet. [La mauvaise nature du sol du nouveau site, du fait de la proximité de la lagune, nécessite des fondations spéciales, notamment des pieux à une profondeur adéquate, donc des ouvrages qui requièrent une grande technicité et qui coûtent relativement cher. Devant ces difficultés, il a été demandé à l’entreprise de faire choix de colonnes ballastées sur lesquelles un radier général a été posé.]

26. A l’étape de cette décision, l’entreprise et le corps de contrôle n’avaient aucune compétence pour calculer, exécuter et réceptionner ce type de fondation.

27. Le radier poinçonne à plusieurs endroits, du fait d’une répartition déséquilibrée des charges et peut céder à tout moment.

28. Les terrassements et les VRD ont aussi connu des travaux supplémentaires ; ils ont été finalement confiés au Génie Militaire, sans contrat à ce jour.

Au plan financier et juridique

29. Les deux premières conventions étaient consacrées aux études architecturales et techniques, ainsi qu’au dédommagement des présumés propriétaires du nouveau site.

30. La troisième convention pour les travaux était d’un montant de 000.000.000 F CFA TTC, pour un délai d’exécution de deux ans.

31. Non maîtrise du coût du projet : Le coût global du premier appel d’offres des travaux avoisinait déjà 100.176.369 F CFA TTC, pour les dix premiers marchés en 2008-2009, contre un montant prévisionnel global de 18.565.050.000 F CFA.

32. Un surcoût s’élevant à un total de 8.776.698.911 FCFA TTC dû à la suspension, au retard dans sa réalisation et à une saisie de fonds,

33. les coûts liés aux procédures judiciaires pendantes : (i) contentieux : 2.598.143.338 FCFA TTC ; (ii) actualisation de 15,8% dus à l’arrêt des travaux (bureau VERITAS Bénin) : 4.400.544.450 FCFA TTC ; (iii) dégradations diverses : 1.354.017.339 FCFA TTC ; (iv) remise aux normes de Sécurité Incendie (QCS Services) : 350.000.000 FCFA TTC.

34. Marchés résiliés par le maître d’ouvrage, mais dont les avances n’ont pas été remboursées :

i.414.657.524 FCFA perçue par le groupement EMCR sur le lot 7 des revêtements étanchéité et peinture,

ii. 368.938.543 FCFA perçue par l’entreprise Princesse d’Or sur le lot 3 menuiserie-aluminium,

iii. 388.162.870 FCFA comme reliquat de remboursement d’avance de démarrage sur le lot 9 charpente couverture faux plafonds resté par devers l’entreprise Princesse d’Or,

iv. 1.426.384.401 FCFA saisis par la justice par suite d’une plainte du groupement EMCR.

35. La SERHAU-SA a encaissé un trop perçu de 254.601 F CFA TTC au titre de ses honoraires de MOD. Elle justifie cet écart par le recrutement de l’assistant OPC qui lui a été imposé par l’audit du bureau VERITAS Bénin.

Ce qu’il faut pour achever les travaux

Pour terminer les travaux actuellement en cours, le coût d’objectif global du projet s’élèverait à 45.172.694.557 FCFA TTC, y compris les coûts supplémentaires indiqués ci-dessus. La récupération du montant de 2.598.143.338 FCFA TTC en contentieux, pourrait ramener le coût d’objectif global final à 42.574.551.214 FCFA TTC.

L’évaluation financière globale du projet se présente comme suit :

  • Montant total versé à la SERHAU-SA est de 664.019.976FCFA TTC ;
  • Montant total engagé par la SERHAU-SA y compris les honoraires (corps de contrôle, MOD) est de 010.647.814 FCFA TTC ;
  • Ecart important entre le taux d’exécution physique (TEP) de 45,71 % et le taux d’exécution financière (TEF) de 56,19 %, qui s’expliquerait par les avances de démarrage perçues ;
  • Le Taux d’Exécution Physique du gros-œuvre au 30 septembre 2016 est de 90%, contre 99% de Taux d’Exécution Financière.

D’après les conclusions du bureau d’études QCS Services, « il resterait donc à mobiliser pour l’achèvement des travaux 22.501.709.588 FCFA TTC, sans aucune garantie sur la stabilité et la sécurité de l’ouvrage, ni sur la durée de vie possible de l’édifice, dans un contexte où il est juridiquement impossible d’obtenir une assurance en vue d’une garantie décennale pour des travaux d’aussi mauvaise facture ». Au terme de la présentation des deux ministres, certains députés ont demandé des poursuites judiciaires afin que les responsables identifiés de cet échec soient punis.

Le projet de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale en quelques dates :

  • Le projet de construction du nouveau siège de l’Assemblée Nationale a été initié en 2002. La première phase du projet, objet du chantier en cours de réalisation, comprend : un bloc administratif, un hémicycle, une salle polyvalente, une infirmerie, cinq passerelles, des guérites, un local technique et un local groupe froid.
  • 14 novembre 2008 : Démarrage des travaux après les études architecturales et techniques en maîtrise d’ouvrage déléguée (MOD) confiée à la SERHAU-SA, pour une durée contractuelle de deux ans.
  • Juillet 2012 : mise en régie des travaux du lot « gros-œuvre » à la suite de la défaillance de l’entreprise GEE, du groupement d’entreprises EMCR, attributaire dudit lot.
  • Octobre 2012 : Suspension des travaux suite à un audit conduit par l’Inspection Générale de l’ex-Ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Assainissement (MUHA). Mise sous mandat de dépôt des principaux protagonistes – SERHAU-SA (MOD), Groupement Trophée (architectes), Entreprise GEE.
  • Janvier 2013 : Bureau VERITAS Bénin conduit une expertise technique internationale complémentaire et recommande la reprise et la poursuite des travaux ;
  • 12 et 17 Septembre 2014 : Séances du Conseil des ministres validant la recommandation du Bureau VERITAS Bénin de poursuivre les travaux. Les travaux ont été poursuivis sans l’implication du groupement d’entreprises EMCR, en charge du gros-œuvre.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

1 thought on “Les 35 causes de l’échec de la construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale du Bénin [Audit]”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close