A la UneEconomieTIC et Télécoms

Les associations de consommateurs ne se résignent pas face aux nouveaux forfaits internet et d’appel téléphonique

Cette mesure prise par le gouvernement pour rentabiliser le secteur, se révèle difficile à accepter pour certains. Les associations de consommateurs, bien qu’appréciant les motivations d’une telle décision qui réduit sensiblement les différents forfaits auxquels les consommateurs sont habitués, ne se résignent pas.

Robin Accrombessi, président de l’Association des consommateurs des technologies de l’information et de la communication | Photo : Benin Web TV

(Bénin Révélé Mag) – Les différents forfaits internet et d’appel téléphonique ont connu de modifications, entrée en vigueur le 19 septembre 2018. Cela a été opéré conformément au décret n°218-341 du 25 juillet 2018 portant introduction d’une contribution sur la consommation des communications électroniques fournies par les réseaux sociaux ouverts au public en République du Bénin. Ce décret institue désormais, rappelons-le, 5 % de taxe à prélever sur tous les services voix et sur l’internet.

Cette mesure prise par le gouvernement pour rentabiliser le secteur, se révèle difficile à accepter pour certains. Les associations de consommateurs, bien qu’appréciant les motivations d’une telle décision qui réduit sensiblement les différents forfaits auxquels les consommateurs sont habitués, ne se résignent pas. C’est dire que cette situation n’exclut pas des pourparlers pour amoindrir les contrecoups de cette nouvelle donne.

Joint au téléphone par nos confrères du quotidien La Nation, Robin Accrombessi, président de l’Association des consommateurs des technologies de l’information et de la communication, précise : « Nous sommes actuellement en négociation avec les opérateurs et l’Autorité de régulation des télécommunications électroniques et de la poste  pour la réduction des coûts ».

On voit que loin de désespérer de cette mesure, des associations de consommateurs multiplient les pourparlers avec les opérateurs GSM et l’Autorité de régulation des postes et télécommunications pour une revue des nouveaux tarifs. Sur ce, Robin Accrombessi affirme à nos confrères, qu’il est nécessaire d’impliquer des consommateurs, pour que les opérateurs reviennent à l’ancienne tarification, car « on ne peut pas défendre quelqu’un contre son gré », lance-t-il.

Pour Edouard Wallace, un autre responsable d’association de consommateurs, se veut réaliste. Il estime qu’aucune offre n’est sur le marché sans faire l’objet d’étude technique par le régulateur. « Hier, quand tout le monde surfait gratuitement sur les segments normaux de télécommunications, personne ne s’est plaint, mais aujourd’hui est-il possible de continuer ainsi dans un pays qui se respecte ? », se demande-t-il.

Des explications données par ce dernier à nos confrères de La Nation, il ressort que tout le monde est ramené aujourd’hui sur le segment normal afin que le marché puisse prospérer. Selon lui, « les télécommunications servent aussi à faire des affaires. Les grandes réformes envisagées par le gouvernement sous-tendent cette mesure en partie ».

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer