A la UneGestion publiqueGestion publique 1

Les techniciens du Ravip et les élus locaux de l’Atacora réfléchissent sur le projet d’enregistrement à titre dérogatoire à l’état civil

Les conseillers ont été entretenus au cours de cette séance par une délégation du comité technique de pilotage du recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip).

Photo : UNHCR

(Bénin Révélé Mag) – Les membres du conseil départemental de concertation et de coordination de l’Atacora (Cdcc) ont examiné le 10 novembre 2018 à la préfecture de Natitingou, le projet d’enregistrement à titre dérogatoire à l’état civil (Pedec). C’était à la faveur d’une session extraordinaire.

Les conseillers ont été entretenus au cours de cette séance par une délégation du comité technique de pilotage du recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip).

Le processus a été expliqué de long en large aux membres du Cdcc, du repérage et collecte des données nominatives au traitement informatique, en passant par la personnalisation du format des documents, à l’édition et la distribution des actes.

Selon Jean Aholou, président du comité technique de pilotage du Ravip, ce projet autorisé par la loi n°2018-26 du 03 août 2018 portant autorisation d’enregistrement à titre dérogatoire à l’état civil en République du Bénin et encadré par le décret n°2018-471 du 10 Octobre 2018, vise à régulariser la situation des citoyens qui ne possèdent pas d’acte de naissance et qui sont identifiés dans le cadre du Ravip.

A l’occasion, Jean Aholou a mis un accent particulier sur le rôle des acteurs impliqués dans le processus de mis en œuvre du projet, notamment les élus locaux. Il a souligné en marge de cette rencontre, qu’il a été constaté après l’opérationnalisation du Ravip, que plus de deux millions de citoyens se sont fait enrôler sur témoignages.

« A l’évaluation du Ravip, il nous a été recommandé de trouver une solution à ces cas. C’est à la recherche de cette solution que le parlement du Bénin à adopter une loi pour autoriser l’inscription à l’état civil, à titre dérogatoire de ces personnes », a indiqué Jean Aholou.

Par Laurent Adjovi, Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer