A la UneChantiers prioritairesEnergies

L’état des lieux du delta de l’Ouémé, examiné par les institutions de l’Etat

[Bénin Revelé Mag] – Après l’atelier de concertation entre les parties prenantes à la base tenu le 25 juillet 2019, un autre atelier de concertation entre les acteurs étatiques (administration publique, collectivités), a fait l’objet de l’analyse diagnostique du 10 septembre 2019, réalisée par l’Institut national de l’eau (Ine) dans le cadre d’une étude globale relative à la planification et à la gestion des ressources en eau du delta de l’Ouémé et de la zone côtière intitulée « Plan Delta ».

A l’entame des travaux, Philippe Armand Adjomayi, directeur général de l’Eau, a indiqué qu’il était question d’informer les participants sur les résultats de l’étude, de recueillir leurs commentaires et observations sur les enjeux et défis du delta de l’Ouémé, afin qu’ils soient mieux imprégnés des problématiques et surtout de leurs rôle et responsabilités dans la réduction des menaces des eaux.

En effet, des acteurs institutionnels se sont retrouvés en atelier à Cotonou, pour échanger sur l’état des lieux du delta du bassin de l’Ouémé. Les problématiques liées à la gestion des ressources en eau ont alors été passées au peigne fin et des propositions recueillies pour inverser les tendances négatives, tel que prévu dans le programme OmiDelta.

Le rapport sur l’état des lieux du delta de l’Ouémé et de la zone côtière est assez clair : les menaces des eaux continentales et océaniques sont prégnantes et appellent à des solutions idoines pour inverser ces tendances négatives. Pression accrue sur les ressources en eau et les terres ; salinisation des eaux de surface et souterraines ; épuisement des ressources halieutiques ; conflits d’usage de l’eau ; érosion côtière accrue ; inondations pluviales et fluviales, sécheresses, vents violents ; pollutions des eaux, etc.

Il convient de préciser ici que le bassin de l’Ouémé, vallée la plus riche au monde après le Nil, présente une importance particulière pour le Bénin tant par la superficie qu’il occupe que par ses diverses possibilités d’aménagement, selon le professeur Abou Youssouf, secrétaire général adjoint du ministère de l’Eau et des Mines.

Le delta de l’Ouémé étend de Zagnanado jusqu’à la côte sur une superficie de 2520 km2, soit 2 % de la superficie nationale, et comprend 18 communes, est très peuplé (plus de trois millions d’habitants) et à fort potentiel agricole (70 000 ha dont 30 % seulement exploité).

Par Laurent Adjovi

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close