A la UneGestion publiqueGestion publique 1Santé

Mobilisation des Préfets et directeurs départementaux dans la lutte contre les structures de santé et les morgues non autorisés

L’objectif de cette assise a été d’impliquer davantage ces derniers dans la lutte contre les cliniques, centres de santé et les morgues non autorisés. D’où l’appel de Benjamin Hounkpatin aux préfets, directeurs départementaux de la police républicaine et de la santé afin qu’ils prennent le devant de cette lutte que le gouvernement entend mener pour le bien-être des populations.

Le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin | Photo : Journal Adjinakou Benin / Archives

(Bénin Révélé Mag) –  « La santé n’a pas de prix et la sécurité doit passer par la santé », a déclaré Benjamin Hounkpatin, le ministre de la Santé à l’entame de la rencontre qui a eu lieu, 14 septembre 2018 à Cotonou, entre les ministres de la Santé, de la Justice et de la Décentralisation et les préfets, directeurs départementaux de la santé et de la police républicaine.

L’objectif de cette assise a été d’impliquer davantage ces derniers dans la lutte contre les cliniques, centres de santé et les morgues non autorisés. D’où l’appel de Benjamin Hounkpatin aux préfets, directeurs départementaux de la police républicaine et de la santé afin qu’ils prennent le devant de cette lutte que le gouvernement entend mener pour le bien-être des populations.

Ceux-ci sont appelés à mettre fin au phénomène de manipulation irresponsable des corps dans les morgues, aux pratiques rétrogrades et inappropriées et soins ne respectant aucune norme dans les cliniques non autorisées, ainsi qu’à la prolifération d’échoppes de vente de faux médicaments, par des actions concertées et l’appui des procureurs. Ces diverses actions envisagées, contribueront selon le ministre de la santé, à assainir le secteur et participera à l’amélioration substantielle des indicateurs de santé.

Les populations pourront ainsi avoir accès à des centres de santé équipés et se feront suivre par des agents qualifiés. Il sera aussi question de veiller à la qualité de l’accueil et des soins.
La lutte se mène déjà sur le terrain et il ne reste qu’à la renforcer, ont confié les préfets.

Ils ont alors saisi l’opportunité pour faire part aux ministres de leurs difficultés sur le terrain de même que les problèmes à régler pour l’efficacité de cette lutte ; tels que les différends frontaliers avec les pays voisins, les dépôts pharmaceutiques illégaux, la réticence des élus locaux à s’engager dans la lutte de peur d’être déboutés par leurs électeurs, les problèmes logistiques, l’absence d’une feuille de route, etc.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close