A la UneArticles recommandésEntretiens et OpinionsGestion publique 1

Patrice Talon : « Constituer une fortune ne me concerne plus. Ce qui me motive, c’est le succès ! »

Engagé pour le développement du Bénin, le président de la République affirme que, contrairement à ce que pensent ses détracteurs, il n'a plus besoin de s'enrichir. Et pour réussir, il ira chercher les compétences où qu'elles soient. « Qu’il soit Béninois, Togolais, Ivoirien, Français ou Canadien... », déclare Patrice Talon dans l'émission de TV5 Monde, Internationales.

(Bénin Révélé Mag) – L’émission « Internationales », coproduite par TV5 Monde, RFI et Le Monde et diffusée ce dimanche 22 avril 2018 sur les antennes de TV5 Monde, a reçu en invité spécial le président de la République du Bénin, Patrice Talon. C’est à Cotonou au Bénin que les journalistes Françoise Joly de TV5 Monde et Francis Kpatindé du journal français le Monde ont interviewé le président Patrice Talon.

Plusieurs sujets ont été abordés au cours de cette émission. Le président de la République a d’abord reconnu que son manque de communication sur ses actions au cours de ses premiers mois de gouvernance a un peu joué en sa défaveur. Il répondait à la question de Françoise Joly de savoir s’il ne regrettait pas de ne pas avoir suffisamment communiqué sur ses actions au vu de la grogne sociale qui s’est développée dans le pays.

« On a beaucoup de mal à se débarrasser de sa nature. Je suis un homme assez timide. C’est vrai que dans mes fonctions passées d’opérateur économique, je n’ai jamais estimé qu’il fallait communiquer sur ce que je faisais…. Je ne sais pas si c’est cela qui a conditionné mon action dans la communication en début de mandat. Mais, depuis, j’essaye d’expliquer aux populations ce que je fais et ce que nous faisons. Pour moi, c’est le résultat qui compte », explique Patrice Talon.

Le président de la République indique qu’il pas jugé nécessaire de dire chaque fois à ses concitoyens ce à quoi il réfléchissait ou encore à quelle étape il était. « Pendant la campagne électorale, j’avais dit aux populations que c’est au bout de deux ou trois ans qu’ils pourront commencer à voir les résultats ou l’effet de mes actions et dire si j’ai été à la hauteur ou pas. Dans les premiers mois et les premières années, je n’ai pas jugé nécessaire de communiquer sur nos actions. Mais, j’ai vu que cela nous a causé un certain tort. Car, cela a laissé la place à de l’intoxication », indique Patrice Talon.

Présentation des vœux 2018 : Patrice Talon choisi soigneusement ses mots et actes pour mieux convaincre et donner espoir
Le président Patrice Talon lors de la cérémonie de présentation des vœux. Photo : Présidence du Bénin

Pouvoir et argent : mélange dangereux ? « Non ! »

Opérateur économique prospère par le passé, les journalistes n’ont pas manqué de lui poser la question de savoir si pouvoir et argent ne faisaient pas trop de concentrations entre les mains d’un président de la République et davantage de possibilités d’enrichissement supplémentaire. Pour le président Patrice Talon, c’est non. Au contraire, estime-t-il, il est souhaitable que les dirigeants africains soient à l’abri du besoin. « Combien de fois observe-t-on en Afrique que des gouvernants soient tentés de constituer une fortune quand ils sont au pouvoir pour assurer le confort quotidien, le confort pour les enfants et pour les générations à venir ? s’interroge Patrice Talon. Quelqu’un qui a déjà assuré tout cela est débarrassé de ce genre de préoccupation et peut donc travailler avec efficacité. »

Selon Patrice Talon, ceux qui pensent que ses fonctions et sa position lui permettent de satisfaire ses propres besoins se trompent sur son cas. « Le besoin de se constituer une fortune ne me concerne plus. Je n’ai plus ce besoin. Ce qui me motive, c’est le succès ! », affirme Patrice Talon. En plus, le président de la République pense que ceux qui font ces critiques et qui croient que Patrice Talon veut s’enrichir à la tête de l’Etat font une transposition de ce qui peut relever de leur personnalité, de leurs propres aspirations et ils les transposent sur celui qui occupe cette fonction présidentielle et qui n’a plus ces préoccupations.

Patrice Talon : « Constituer une fortune ne me concerne plus. Ce qui me motive, c’est le succès ! »
Le président Patrice Talon et les journalistes de TV5 Monde et du Monde

Pourquoi le Port de Cotonou aux Belges

La problématique du choix des compétences a été évoquée au cours de cet entretien. Avec pour ligne directrice les raisons du choix du Port d’Anvers de Belgique pour la gestion du Port de Cotonou. Interrogation de journaliste : Était-ce une preuve de la non-confiance aux compatriotes béninois ? Loin de là l’idée du président, a-t-il laissé entendre. « Ce que nous recherchons, c’est la gestion efficace. Quel que soit l’origine du gestionnaire. Qu’il soit Béninois, Togolais, Ivoirien, Français ou Canadien, s’il a de l’expertise pour gérer notre bien commun avec compétence et efficacité, je vais la chercher. Je vais chercher la compétence et l’expertise où qu’elles soient. Je n’ai pas de pudeur à dire qu’il faut uniquement que ce soit un partisan ou un parent qui soit nommé pour la gouvernance et la gestion d’un bien qui nous est cher ! C’est pour cela que nous avons confié la gestion du Port de Cotonou au Port d’Anvers », argumente Patrice Talon.

Le président explique que son choix a malheureusement déçu même ses partisans qui, tous les jours, le harcelaient pour être nommés, quand bien même ils n’avaient pas la compétence requise. D’après Patrice Talon, pendant quelques années, les experts de ce Port d’Anvers, qui est le deuxième port européen et qui a une expérience avérée en la matière, vont implanter la bonne gestion au Port de Cotonou et former le personnel. « Il n’y a pas de honte à cela. Après cela, les Béninois auront acquis les compétences qu’il faut, parce que les moules de gouvernance seront installés, et pourront être nommés », rassure le président.

A titre d’exemple, illustre Patrice Talon, à l’époque au Maroc, les Français ont été les partenaires techniques des ports marocains. Le pays a vu ses ports progresser avec ces partenaires techniques. Et aujourd’hui, il n’y a plus un étranger dans la gestion du port de Tanger qui est une référence. C’est ce qu’il veut faire avec le Bénin.

Candidat pour un second mandat en 2021 ?

Ils ont insisté, ces journalistes des médias français, pour avoir une réponse claire du président Patrice Talon pour savoir s’il se représentera ou pas en 2021 au terme de son premier mandat et au vu des nombreux chantiers et réformes qu’il a engagés et dont certains pourraient nécessiter plus de cinq années pour aboutir à des résultats probants.

Réponses du président Patrice Talon : « Le mandat unique n’est plus d’actualité. Etre candidat à nouveau en 2021 relève de mon droit le plus absolu… Ce n’est pas parce que je n’étais pas intéressé à être à nouveau candidat que j’avais initié le projet de réforme pour un mandat unique.  J’ai pensé que cette réforme était utile pour éviter le populisme gouvernant. Je ne suis pas dans le populisme. Je voudrais finir mon mandat dans le respect de mes engagements en ce qui concerne la bonne gouvernance, la résolution des problèmes de mon pays, l’eau, l’énergie, les infrastructures, la santé et l’éducation (…) Même deux ou trois mandats ne peuvent permettre de résoudre tout cela. C’est une action continuelle. Est-ce que je serai candidat ? Nous verrons bien ! » Voir l’entretien intégral dans la vidéo ci-dessus.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close