A la UnePolitiques publiques

Patrice Talon exprime son aversion pour une éventuelle révision constitutionnelle

[Bénin Révélé Mag] – « J’aurai beaucoup de difficultés à accompagner une telle démarche, et m’impliquer dans sa mise en œuvre par la promulgation, si des modifications devaient être faites, si nous ne trouvons pas les moyens de formuler ces modifications aussi minimes soient elles, et de rassurer les uns et les autres, sans violer un pilier de la Constitution qui est la limitation du mandat », a affirmé Patrice Talon, Chef de l’État béninois.

Selon le président de la République, les Béninois sont attachés à la limitation des mandats et nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels d’après la Constitution actuelle. Ainsi, Patrice Talon exprime sa répugnance pour la question de la révision de la Constitution du 11 décembre 1990. Il l’a fait savoir ce 25 octobre 2019 à l’occasion de la cérémonie de remise officielle du rapport du comité d’experts, chargé de la mise en forme technique des mesures législatives relatives aux recommandations du dialogue politique des 10, 11 et 12 octobre 2019.

Face aux mesures faisant appel à la révision de la Loi fondamentale, le chantre du nouveau départ a joué la carte de la prudence. « J’ai désormais une certaine aversion pour cette question et je l’ai dit à plusieurs occasions durant le reste de mon mandat », a déclaré le Président de la République.

Cependant, selon le Coordonnateur du comité d’experts, la retouche constitutionnelle serait nécessaire pour revoir l’alignement des mandats. Il en est de même pour la question de la représentation des femmes.

Mais, le souhait de Patrice Talon est que la mise en œuvre des mesures, puisse se faire après une habilité juridique qui éviterait une retouche de la Constitution. Une situation presque impossible dans le cas d’espèces.

Conscient de cela, le président de la République a laissé entendre, qu’une révision de la Constitution conduit souvent a beaucoup d’interprétations, surtout en ce qui concerne l’instauration ou non d’une nouvelle République.

Alors, pour éviter tout problème et ne pas remettre les compteurs à zéro, pour que le Chef de l’État en exercice soit tenté pour un nouveau mandat, il préfère que le sujet ne soit pas abordé.

Par Laurent Adjovi

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close