A la UneGestion publiquePolitiques publiques

Patrice Talon, Président du Conseil supérieur de la magistrature, a ouvert la rentrée judiciaire 2017-2018

Le Chef de l’Etat dans son allocution, est revenu sur sa volonté de renforcer le pouvoir judiciaire à travers la réforme constitutionnelle initiée par son gouvernement, et a rappelé le rôle de la haute juridiction dans le processus de consolidation de l’Etat de droit dans notre commune patrie, le Bénin.

Patrice Talon, Président du Conseil supérieur de la magistrature, a ouvert la rentrée judiciaire 2017-2018 | Photo : PRESIDENCE DU BENIN

(Bénin Révélé Mag) – En présence d’Ousmane Batoko, le président de la Cour suprême, des autorités religieuses et traditionnelles, de plusieurs personnalités politico administratives, des Membres et Présidents de hautes juridictions sous régionales et africaines, des Présidents de la Cour d’Appel des USA et du Conseil d’Etat de France, le président Talon, en sa qualité de Président du Conseil supérieur de la magistrature, a ouvert la rentrée judiciaire 2017-2018, le 26 Octobre 2017, au siège de l’institution à Porto-Novo.

Cette rentrée s’est faite autour d’un thème, retenu à cet effet : « l’obligation de réserve du Magistrat ». Le Chef de l’Etat dans son allocution, est revenu sur sa volonté de renforcer le pouvoir judiciaire à travers la réforme constitutionnelle initiée par son gouvernement, et a rappelé le rôle de la haute juridiction dans le processus de consolidation de l’Etat de droit dans notre commune patrie, le Bénin. Le Président Patrice Talon s’est félicité des avancées remarquables, enregistrées et des attentions effectuées dans la production des avis motivés et avis juridiques sollicités par son gouvernement.

Selon le chef de l’Etat, Patrice Talon, et comme le recommande le thème de la rentrée judiciaire, plusieurs choses expliquent le droit de réserve du Magistrat. Il pense que c’est en raison de la gravité de son office et de la délicatesse de sa charge que le Magistrat est astreint à une obligation de réserve.

Quant à Ousmane Batoko, il a remercié le Chef de l’Etat pour son attachement à l’Institution judiciaire et au renforcement de l’indépendance du pouvoir judiciaire. Il n’a pas minoré les implications du thème de cette rentrée judiciaire qui, selon ses explications, permet au Magistrat de par sa mission dans la société, de s’astreindre à des obligations auxquelles il ne saurait se soustraire sous peine de violation. Comme le veut la tradition, le thème de cette rentrée judiciaire a fait successivement l’objet d’un exposé de la part du représentant du bâtonnier de l’ordre des Avocats, Me Luiz Victor Angelo puis de réquisitions par le Procureur général près la Cour suprême, Nicolas Assogba.

Cette tribune a aussi été l’occasion pour Ousmane Batoko de faire le bilan de l’année judiciaire écoulée. Le Président de la Cour Suprême a levé un bout de flou sur l’œuvre accomplie. Ainsi, en dépit de son action décisive dans la gestion du contentieux électoral des municipales, communales et locales, 92 arrêts ont été rendus par la Chambre judiciaire et 129 arrêts par la Chambre Administrative en contentieux ordinaire.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer