A la Une

Pour Aurélie Adam Soulé Zoumarou, le Bénin sera une référence en matière d’indicateurs de l’universalité de l’Internet en Afrique

[Bénin Révélé Mag] – Un atelier de validation du rapport sur les indicateurs de l’universalité de l’internet au Bénin s’est déroulé le 29 octobre 2019 à Cotonou. Il a été organisé par les ministères du Numérique et de la Digitalisation et celui en charge de la Communication ; en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (Unesco).

L’atelier a été lancé en présence de Alain Kiyindou, professeur à la Chaire Unesco Pratiques émergentes en technologies et communication pour le développement, par Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la Digitalisation, qui s’est félicitée à cette occasion, des résultats de cette étude qui fait du Bénin, un modèle en Afrique et dans le monde.

Aurélie Adam Soulé Zoumarou a saisi cette opportunité pour rappeler les efforts du gouvernement du président Patrice Talon, qui a fait du numérique un levier important de développement du Bénin. Selon elle, des actions ont été menées dans le cadre de la mise en place d’un cadre réglementaire et juridique propice au développement de l’Economie numérique, le déploiement des infrastructures appropriées et la mise en place de stratégies d’accès de tous à l’internet par le biais du service universel.

Disant sa reconnaissance vis-à-vis de l’Unesco qui a initié cet exercice pour accompagner le gouvernement, Aurélie Adam Soulé Zoumarou a salué les acteurs qui ont contribué à sa réalisation. « Je peux vous assurer que le rapport de cette étude qui est le fruit d’un travail acharné permet d’avoir des informations sur l’état de l’évolution de l’internet au Bénin », a-t-elle révélé.

Pour elle, la réalisation de cette étude constitue un défi majeur qui vient d’être relevé par le gouvernement béninois. « Toute ma satisfaction est que notre pays sera une référence en cette matière car cette étude pilote est une première en Afrique », a-t-elle poursuivi.

Pour le professeur Alain Kiyindou, après neuf semaines de travaux, le moment est venu de valider cette étude. Selon lui, la ministre Aurélie Adam Soulé Zoumarou a œuvré à la réalisation de ce travail de recherche. « Je voudrais témoigner ma gratitude à madame la ministre et tous les cadres ainsi que l’équipe de recherche qui ont contribué à la réalisation de cette étude soutenue de bout en bout par l’Unesco », a-t-il confié.

Par Laurent Adjovi

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close