AgricultureEconomie

Production de poulets de chair : les agriculteurs béninois nourris à l’expérience chinoise

Selon Jian Ping Huang et Robert Adjibi, respectivement le directeur général et directeur général adjoint du Centre pilote sino-béninois des technologies agricoles implanté à Sèmè-Podji, les besoins des Béninois en poulets de chair et en œufs sont couverts et l’excédent pourra même permettre de desservir les pays limitrophes.

 (Bénin Révélé Mag) – Avec une capacité théorique des installations de 800 000 à 1 000 000 de poussins d’un jour par an, selon Jian Ping Huang et Robert Adjibi, respectivement le directeur général et directeur général adjoint du Centre pilote sino-béninois des technologies agricoles implanté à Sèmè-Podji, les besoins des Béninois en poulets de chair et en œufs sont couverts et l’excédent pourra même permettre de desservir les pays limitrophes.

En effet, ce centre est le fruit de la coopération entre la Chine et le Bénin. Son ambition est de transférer aux entrepreneurs agricoles du Bénin la technologie et le savoir-faire agricoles chinois. C’est un centre en pleine expansion et en quête de notoriété. Son directeur général et son adjoint informent de ce que le protocole d’accord de coopération qui a été paraphé le 05 mars 2008 et la convention de partenariat entre la Chine et le Bénin, signée le 03 novembre 2014 constituent le fondement des activités qui se développent depuis peu au centre.

De janvier 2011 à ce jour, le centre pilote sino-béninois des technologies agricoles (Cpasb) de Sèmè-Podji se révèle une entreprise en pleine croissance. Au titre des activités agro-industrielles, « les installations du Cpa sont performantes et comportent deux grandes couveuses automatiques et deux grandes écloseries », indique Robert Adjibi qui, répondant à un client qui voulait des informations sur les conditions de livraison de poussins, dit « vous lancez la commande, vous payez et on vous programme ».

Depuis 2014, le Cpa importe 2000 à 2500 poussins d’un jour par an, de la souche française Novogen pour l’élevage et la production artificielle de poussins en vue d’approvisionner les acteurs béninois et étrangers. Selon Jian Ping Huang, le magasin de poussins a une capacité de 500 000 sujets. « Nous offrons 5 % pour couvrir les risques relatifs à l’achat des pondeuses tandis que pour les coquelets, c’est 4 %. Pour la livraison, cela fait 650 F par pondeuse et 50 F par coquelet », informe-t-il. Et à Robert Adjibi, de souligner que l’insémination des poules reproductrices se fait artificiellement pour maximiser le taux de fécondation des œufs.

Le directeur général indique également que le magasin qui recueille les œufs pondus peut contenir jusqu’à 20 000 œufs. Environ 2100 œufs sont produits par jour pour 2500 pondeuses, avec une capacité de ponte d’environ 95 %.

Par Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close