A la UneEducationGestion publiqueGestion publique 1Politiques publiques

Salimane Karimou fustige les pratiques aux relents de corruption de certains directeurs d’écoles

Dans son communiqué, Salimane Karimou dénonce « des initiatives aux relents de pratiques de corruption déguisées, incompatibles avec les idéaux du gouvernement et bannies des usages scolaires ». Il rappelle en même temps, aux acteurs et usagers de l’école que « les mesures d’instauration des cotisations et ou souscriptions, quel que soit l’objet qui les fonde, restent interdites sans son autorisation préalable ».

Salimane Karimou, ministre des Enseignements maternel et primaire / Photo : Benin Web TV/Archives

(Bénin Révélé Mag) – Le ministre Salimane Karimou, des Enseignements maternel et primaire, reste sensible aux plaintes des parents d’écoliers qui lui parviennent. Dans un communiqué, il déplore l’information à lui parvenue, que dans de nombreuses écoles, « des directeurs ont instauré de leur propre gré, et parfois en complicité avec des membres de bureaux d’Associations de parents d’élèves des souscriptions ou cotisations allant de 2 000 à 15 000 francs Cfa par apprenant pour divers motifs ».

Dans son communiqué, Salimane Karimou dénonce « des initiatives aux relents de pratiques de corruption déguisées, incompatibles avec les idéaux du gouvernement et bannies des usages scolaires ». Il rappelle en même temps, aux acteurs et usagers de l’école que « les mesures d’instauration des cotisations et ou souscriptions, quel que soit l’objet qui les fonde, restent interdites sans son autorisation préalable ».

Il fustige concernant les écoles maternelles, des pratiques déloyales inhérentes aux tenues d’écoles, aux frais de fournitures hors normes, à la confection de cartes dites de sécurité, à l’ouverture unilatérale de cantine payante rendue obligatoire pour les enfants, à l’instauration de frais de goûter, aux manifestations festives, entre autres.

Pour les écoles primaires, les frais dénoncés sont relatifs à l’inscription ou l’admission d’écoliers, au défaut d’acte de naissance ou de dossier scolaire pour les candidats au Cep, aux souscriptions initiées pour payer les enseignants recrutés, etc.

Ainsi, le ministre Salimane Karimou est remonté contre ces directeurs d’écoles. De ce fait, il n’est pas passé par quatre chemins pour inviter les victimes à aller se faire rembourser, munies du reçu à eux délivré. A cette occasion, il instruit tous les chefs de régions pédagogiques à veiller au respect des prescriptions.

Par Laurent Adjovi, Bénin Révélé Mag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer