Gestion publique

Tournée présidentielle : Commune visionnaire, Lokossa salue les succès de la Rupture

Tournée présidentielle

Ce vendredi 27 novembre 2020, Lokossa, la cité de l’espérance retrouve en cette matinée son champion presque 5 ans après son sacre. Lokossa en joie, Lokossa reconnaissante d’être choisie parmi les communes retenues pour cet exercice de reddition de compte de la gouvernance Talon. Lokossa également fière de ne s’être pas trompée dans son choix. En effet, c’est la seule commune du Mono-Couffo qui a plébiscité le candidat Talon dès le premier tour de la présidentielle de 2016

Ainsi, il y a eu, ce vendredi matin, une présence massive des populations le long du parcours dès l’entrée de la ville jusqu’à l’IUT où se tiennent les échanges directs. Lokossa impatiente mais Lokossa fière et convaincue que le New deal en cours comble les attentes.

Ainsi, appelé à souhaiter la bienvenue à la délégation presidentielle, le maire de la commune, Monsieur Gervais Houénou, a témoigné de   l’ampleur des oeuvres entreprises par ce régime pour le bonheur des citoyens. Il souligne que de mémoire d’homme, il n’a jamais vu autant de méthode et d’audace dans l’action publique. Le maire Gervais Houénou a fait le tour des réalisations. Bien qu’il estime qu’il serait fastidieux de faire l’inventaire des réalisations en un quinquennat, il a jugé important de mettre en lumière quelques-unes qui ont impacté particulièrement. Le programme Asphaltage avec 13 km de rues déjà pavées ou bitumées dont certaines sont déjà éclairées, et 20 km supplémentaires annoncés. Le maire a salué l’ouverture de nouvelles voies dont Lokossa-Ouèdèmè-Aplahoué. Ce tronçon est  annonciateur de perspectives inespérées de développement puisque cette route conduit aussi au lac des hippopotames. Le règlement de la crise qui a secoué les CAR et URCAR et qui a permis la relance de la coopérative de Ouin-Agamé est l’un des points positifs indélébiles du bilan du Chef de l’Etat sur la commune de Lokossa. 

Ce bilan, cependant, est loin de satisfaire l’hôte de la Cité de l’espérance. Le Président Patrice Talon modère en effet l’enthousiasme du maire en reconnaissant que les réalisations à Lokossa ne sont pas encore à la hauteur de tout ce qui se construit à l’échelle de l’ensemble du territoire.

Mieux, à cette destination, le Président de la République a montré beaucoup d’empathie.

C’est un Président qui a démontré qu’il est bien au parfum des réalités qui a tenu en haleine le corps social de Lokossa, venu faire l’évaluation de l’action publique avec lui. Le Chef de l’Etat a révélé qu’il n’est pas insensible aux cris de ses concitoyens. Au contraire, ça le touche et il exprime sa sensibilité, le mal qu’il ressent et vit avec son peuple. Il reconnaît que le confort individuel qui se vit au détriment de notre progrès collectif peut paraître utile mais compromet le développement du pays. Il reprécise sa conviction. Faire changer de paradigme, amener l’homme Béninois travailleur, valeureux et estimé à l’extérieur à mettre ce talent au service de son pays. Et c’est le pari qu’il a pris il y a 5 ans. « Et la solution, ce sont les réformes », réaffirme le Président de la République. Devant une assistance qui écoute religieusement et qui, par moments, applaudit à tout rompre, le Président Patrice Talon explique que ce qui permet à un homme de s’épanouir et d’exprimer son potentiel, ce sont les investissements de base : eau, énergie, école, route, santé… Mais malgré cette peine, il affiche sa fierté puisque, dit-il, c’est la voie du développement, le sacrifice à faire pour changer d’avenir et ne plus ressasser les mêmes doléances devenues entre-temps comme un rituel. Il affiche sa fierté de voir le Bénin réussir, de voir que les efforts commencent à générer des résultats probants.

Ce dont il est fier.

« Depuis 5 ans, nous avons pris à bras le corps nos problèmes et nous les réglons progressivement » , soutient le Chef de l’Etat qui vole ensuite au secours des responsables qui ne font plus de libéralités à leurs parents et amis et demande aux populations de les comprendre. Ils sont devenus ainsi pas parce qu’ils sont pingres mais parce que les temps ont changé, démontre le chantre de la rupture avant d’exhorter les populations à les encourager dans ce sens.

L’étape de Lokossa a pris fin avec l’expression de quelques doléances dont l’équipement et le fonctionnement du Lycée technique de la ville qui ne l’est, selon le représentant des jeunes, que de nom car les cours sont dispensés dans l’école publique de Guinkomey. 

Près de 3 heures d’échanges et le monde qui s’est déplacé vers l’IUT de Lokossa n’a rien perdu de sa ferveur. Lokossa tient encore debout. Lokossa veut poursuivre l’aventure pour davantage de réussite.

Cet article est un contenu du site web Gouv.bj

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer